Les orages...


...l'almanach
 
      Orage violent

Un orage violent s’est produit à Bouillon.

Voici le témoignage :

"Dans la région de Bouillon, une trombe cause des ravages considérables, renversant des cheminées, enlevant des toits, brisant des arbres séculaires et cassant les vitres des habitations. Vers 6 heures du soir (8 heures de nos jours), la ville de Bouillon fut enveloppée d’une buée intense, opaque, d’une couleur jaunâtre qui semblait prendre sa source sur la terre et s’élever ensuite dans l’atmosphère, accompagnée d’un vent intense, d’éclairs, de coups de tonnerre, de grêlons et de pluie. Cela dura près de dix minutes, un quart d’heure.

Lorsque les habitants se hasardèrent à sortir de leur demeure, ils constatèrent avec peine que les magnifiques tilleuls ornant la caserne et les boulevards avaient été déracinés et gisaient pèle mêle. Le chalet Ozeray, situé au dessus de la Roche des Fées avait été complètement rasé. Le vieux château avait également beaucoup souffert.

À Offagne, non loin de Bouillon, les sapins plantés le long de la route gouvernementale ont été brisés à ras du sol sur une longueur de plus de 300 mètres. Des monceaux de bois pesant un millier de kilos ont été lancés à plus de 100 mètres. Un berger qui ramenait son troupeau a failli être écrasé par les arbres et par les pièces de bois projetés en tous sens."


Cet orage est venu de France et a d’abord ravagé les environs de Charleville et de Sedan. On parle d’une chaleur accablante avant que le ciel ne s’obscurcisse comme une nuit prématurée et qu’une grosse quantité de poussière ne soit soulevée.

À Uccle, ce jour-là, la température n’a atteint que 21°C, mais au vu de la situation atmosphérique générale (circulation de sud-ouest), il est fort probable que la température ait été nettement plus élevée dans la région de la tornade. En outre, l’humidité aidant, la sensation de "chaleur accablante" n’a rien d’étonnant.




Créer un site
Créer un site