Les orages de la Tornado Alley - Année 2013

 
      Les récits
 
Dans un proche avenir, cette catégorie rassemblera tous les récits portant sur la période où notre équipe de traqueurs évoluait à travers la Tornado Alley. C'est donc ici que vous pouvez découvrir les différentes situations que nos chasseurs d'orages rencontraient que ce soit au niveau des orages ou du quotidien en général. En rédigeant les textes, notre attention s'est concentrée sur le côté immersif que nous voulons offrir à l'internaute qui parcours nos lignes car c'est finalement ici que vous pourrez vous imaginer en compagnie de notre équipe en vivant chaque instant avec eux. D'ailleurs, l'auteur a pris le soin d'écrire avec le temps du présent et à la première personne du singulier afin d'amplifier le côté immersif.

Par ailleurs, nous rappelons qu'une liste de référence vis-à-vis des séquences du film 'On The Way Of Storms' est disponible. Celle-ci vous permet de situer les orages décrits dans les récits vis-à-vis du film afin que vous puissiez davantage vous immerger dans nos rétrospectives quotidiennes.

Enfin, bien que nous parlons de plusieurs récits, seul ceux se consacrant aux journées des 18, 19, 20, 21, 22, 23, 24, 25, 26, 27, 28, 29, 30, 31 mai et 01 juin 2013 ont été diffusés actuellement. En effet, pas mal de travail nous reste encore à accomplir avant de pouvoir vous offrir la panoplie complète. Par la suite, les récits paraîtront dans un ordre chronologique avec la parution du récit du 02 juin 2013 prochainement.
 
 
 
      Récit du 18 mai 2013 par Michael Baillie - Une nuit électrique
 
Le 18 mai 2013 représentera le premier jour de traque aux USA pour le collectif Belgorage même si la majeure partie de la journée se déroulera sur la route reliant Chicago à la Tornado Alley (trajet que je détaillerai quelque peu dans ce récit). Si j'utilise le temps du futur en ce moment, c'est parce que nous venons tout juste de toucher le sol américain en cette mi-journée du vendredi 17 mai 2013, fin prêt pour trois semaines de traque dans la Tornado Alley à penser uniquement aux orages américains et à leurs phénomènes associés. Étant trois membres de l'équipe sur le terrain, à savoir Samina Verhoeven, Éric Dargent et Michael Baille ( soit moi-même), il faut savoir que deux d'entre-nous sont restés en Belgique. Cependant, malgré leur absence sur le territoire américain, Jean-Yves Frique et Robert Vilmos se préparent à vivre le stress, les émotions et les sensations de notre équipe sur place par le biais d'images radars, de photos et d'outils d'observations via Internet. Finalement, c'est tout notre collectif qui se prépare à vivre au rythme des orages américains du 18 mai au 07 juin 2013. D'ailleurs, si la période a été calme avant que nous ne touchions le sol américain, il en est tout autrement maintenant ! En effet, on voit déjà que la journée du 18 mai est placée sous un risque modéré d'observer des orages sévères par les instances météorologiques et la tendance n'a pas l'air de vouloir changer pour les jours suivants. En un mot, ça démarre en trombe !

Ainsi, ayant à peine commencé le séjour en cherchant notre véhicule et en entrant dans notre premier motel en soirée, on constate qu'il faut déjà se préparer à entreprendre un trajet reliant Chicago dans l'état de l'Illinois (lieu d’atterrissage de l'avion provenant de l'Europe) à Salina dans l'état du Kansas soit près de 10 heures de routes et 1128 km à parcourir vers l'ouest-sud-ouest pour rallier la zone où se situe un bon risque d'orages sévères le lendemain (Pour accéder au parcours de la journée directement sur Google Map, nous vous invitons à suivre le lien suivant : Parcours du 18 mai 2013). Cela en ayant à la fois pas encore dormi depuis 24 heures et une faim de loup (et pas que des orages). Dès lors, avant d'aller plus loin dans l'organisation de notre première traque aux États-Unis, je ne tarde pas à manger un repas typiquement américain, à savoir, le premier d'une longue série d'hamburgers. Par chance, un fast-food se tient juste en face de notre motel et c'est donc facile de se procurer ce met traditionnel et national. Après m'être délecté de ce repas, je juge qu'il faut dormir un peu afin de préparer le matériel ainsi que les prévisions à tête reposée. Cependant, il est seulement 20h30 LT (local time) et on est presque tenté de partir tout de suite vu ce qui est annoncé mais on se dit que c'est dangereux d'entreprendre la route dès maintenant vu notre état de fatigue surtout que rien n'est encore préparé et que nous venons tout juste d'arriver dans notre premier motel réservé depuis quelques mois maintenant. On décide donc, de dormir un peu...
 
Vue d'ensemble du trajet à parcourir durant la journée du 18 mai 2013. Crédit illustration : Google Map
Vue d'ensemble du trajet à parcourir durant la journée du 18 mai 2013.
Crédit illustration : Google Map
 
Vue détaillée du trajet à parcourir durant la journée du 18 mai 2013. Crédit illustration : Google Map
Vue détaillée du trajet à parcourir durant la journée du 18 mai 2013.
Crédit illustration : Google Map
 
Le lendemain matin soit le samedi 18 mai 2013 vers 01h30 LT (local time), soit après seulement 5h de sommeil, je consulte les prévisions du Storm Prediction Center (Centre de prévisions des phénomènes météorologiques sévères) qui confirment la tendance observée la veille via l'annonce d'un risque modéré d'obtenir des orages sévères durant cette journée. En somme, le risque de connaître des supercellules accompagnées par des phénomènes associés ayant aussi une bonne probabilité de survenir est d'actualité. Pour détailler, on a un risque de 10% d'avoir une tornade, 30% de connaître des vents intenses et 45% d'observer de la grêle de grande taille, le tout sur un rayon de 25 miles à partir de n'importe quel point de la zone placée en risque modéré, ce qui est plutôt attrayant pour commencer le séjour. On voit également que les orages doivent naître durant l'après-midi voire même vers le milieu ou la fin de cette période de la journée seulement, ce qui nous donne le temps de faire pas mal de route avant qu'ils ne se concrétisent. Pour en savoir plus sur les prévisions, celles-ci sont disponibles via le lien suivant : 18/05/2013 - 06h00 UTC - Day 1 - Convective Outlook
 
Prévisions émises par le Storm Prediction Center, le 18 mai 2013 à 01h00 LT. Crédit illustration : Storm Prediction Center
Prévisions émises par le Storm Prediction Center, le 18 mai 2013 à 01h00 LT.
Crédit illustration : Storm Prediction Center
 
Cela dit, pour revenir aux prévisions de la veille au soir, celles-ci annonçaient donc déjà ce genre d'offensive, ceci étant la raison de mon réveil en pleine nuit américaine vers 01h30 LT du matin, le samedi 18 mai (soit le samedi 18 mai à 8h30 LT du matin en Belgique) pour préparer tout le matériel (passage du mode 'voyage dans l'avion' au mode 'prêt à traquer aux USA'). Ayant été dormir la veille à 20h30 LT (soit le samedi 18 mai 2013 à 03h30 LT du matin en Belgique) après 24 heures de voyage, je suis déjà malgré tout bien en forme après ces 5 heures de sommeil seulement car je suis très motivé à préparer notre première traque américaine ! Cette préparation prend un bon moment car nous ne sommes fins prêts avec le matériel chargé etc. que vers 7h00 du matin LT et nous savons que vu la distance à parcourir, nous n'arriverons qu'au crépuscule sur la zone visée.
 
Chargement d'une partie de notre matériel de traque aux orages. Crédit photo : Michael Baillie
Chargement d'une partie de notre matériel de traque aux orages.
 
Une fois la route entamée avec notre véhicule (un GMC Yukon XL qui nous permettra de faire des prises de vues depuis le coffre malgré la présence des bagages), nous nous aventurons vers l'ouest-sud-ouest en direction du risque orageux. Pour l'heure, il n'y a rien à signaler sur les cartes radars mais nous savons pertinemment qu'on ne pourra pas voir ces cellules dans un état supercellulaire mais plutôt dans un état multicellulaire comme le préconise les modèles météorologiques (En général, les orages supercellulaires évoluent vers des structures multicellulaires par après). On décide donc de profiter du paysage américain, tout nouveau pour nous dans cette région et nous observons aussi, au gré de la route, une atmosphère humide et le ciel qui se charge de cumulus au fil des heures.
 
Ciel laiteux, caractéristique d'une humidité très présente, accompagné par les premiers cumulus de la journée. Crédit photo : Eric Dargent
Ciel laiteux, caractéristique d'une humidité très présente, accompagné par les premiers cumulus de la journée.
 
Silos présents dans le paysage entourant l'Interstate (Autoroute) I88. Crédit photo : Samina Verhoeven
Silos présents dans le paysage entourant l'Interstate (Autoroute) I88.
 
Paysage rappelant celui que l'on retrouve dans la région de la Hesbaye en Belgique. Crédit photo : Samina Verhoeven
Paysage rappelant celui que l'on retrouve dans la région de la Hesbaye en Belgique.
 
Construction résidentielle en bois ayant une morphologie typique de cette région. Crédit photo : Samina Verhoeven
Construction résidentielle en bois ayant une morphologie typique de cette région.
 
Durant notre progression, Éric Dargent assure la conduite du périple du jour, ce qui me permet de réaliser des plans d'ambiances de notre équipe ainsi que du paysage, ceux-ci étant utilisés en partie dans le générique de début du film 'On The Way Of Storms - L'Intégral'. Samina quant à elle regarde quelles sont les disponiblités au niveau des motels et les autres éléments faisant partie de la logistique du voyage pour ne pas tomber sur des imprévus lorsque l'on arrivera vers Salina dans l'état du Kansas.
 
Éric Dargent conduisant la voiture tel qu'on peut le voir de temps en temps durant le film 'On The Way Of Storms'. Crédit photo : Michael Baillie
Éric Dargent conduisant la voiture tel qu'on peut le voir de temps en temps durant le film 'On The Way Of Storms'.
 
L'une de ces activités revient aussi à trouver de quoi se mettre sous la dent car nous commençons tous à avoir une faim très présente. Le moment de s'arrêter vient donc avec la dégustation de la première...pizza ! He oui, en matière de fast-food, on commence vraiment bien notre séjour... Mais ce type de met est réellement l'un des seuls moyens pour minimiser le temps d'arrêt durant le voyage vers le centre des États-Unis.
 
Boîte contenant une large pizza typiquement américaine et largement suffisante pour trois mangeurs. Crédit photo : Samina Verhoeven
Boîte contenant une large pizza typiquement américaine et largement suffisante pour trois mangeurs ;)
 
Une fois de bons morceaux de pizza entamés, nous ne tardons pas à reprendre la route car il nous reste encore pas mal de chemin à faire avant de pouvoir rejoindre la zone orageuse. Même si nous comptons traquer les systèmes multicellulaires qui se seront développer après les orages supercellulaires, il subsiste toujours l'espoir d'arriver à temps pour capter les cellules dans leur premier stade d'évolution. Malheureusement, durant notre route, on constate que l'offensive commence à se metre en place en très peu de temps durant la fin d'après-midi pour déjà occuper pas mal de régions vers 19h30, heure où l'on arrive à la frontière entre les états de l'Iowa et du Kansas.
 
Image radar en réflectivité composite simple indiquant la présence de vigoureuses cellules orageuses. Crédit photo : Eric Dargent
Image radar en réflectivité composite simple indiquant la présence de vigoureuses cellules orageuses sur l'ouest du Kansas.
 
Il est finalement 21h00 LT lorsque l'on arrive au sud de la ville de Salina non loin de la région de Newton (point B sur les cartes du parcours). Heureusement pour nous, les orages supercellulaires ne se sont donc pas dissipés et ont évolué comme prévu vers un stade multicellulaire actif sur le centre du Kansas. Une fois que nous sommes installés sur un point de vue dégagé (facile à dénicher dans la région des Grandes Plaines), nous avons tout juste le temps de nous préparer à essuyer les orages multicellulaires qui forment un écho en arc. Durant son passage, celui-ci apporte vent, pluie et foudre en suffisance pour offrir les premières images orageuses américaines sur le capteur des appareils de prises de vues.
 
Éclair internuageux parcourant la base de l'orage multicellulaire. Typique durant les offensives de grande échelle. Crédit photo : Samina Verhoeven
Éclair internuageux parcourant la base de l'orage multicellulaire. Typique durant les offensives de grande échelle.
 
Un des coups de foudre frappant aléatoirement le sol en dessous du système orageux. Ceux-ci paraissent souvent puissants vu la luminosité qu'ils engendrent. Crédit photo : Samina Verhoeven
Un des coups de foudre frappant aléatoirement le sol en dessous du système orageux.
Ceux-ci paraissent souvent puissants vu la luminosité qu'ils engendrent.
 
Autre éclair internuageux parcourant le ciel tout en faisant ressortir les structures nuageuses de l'écho en arc. Crédit photo : Samina Verhoeven
Autre éclair internuageux parcourant le ciel tout en faisant ressortir les structures nuageuses de l'écho en arc.
 
Coup de foudre lointain accompagné d'éclairs internuageux, cette caractéristique est semblable à ce que l'on retrouve en Belgique. Crédit photo : Eric Dargent
Coup de foudre lointain accompagné d'éclairs internuageux, cette caractéristique est semblable à ce que l'on retrouve en Belgique.
 
Cela dit, le vent est si fort qu'il est difficile de capturer des photographies impeccables sans oublier la pluie intense qui accompagne le système orageux. En effet, l'écho en arc ne nous facilite pas la tâche et on obtient une moisson photographique plutôt maigre même si du côté du vécu, on a déjà obtenu une première dose orageuse bien captivante. Par contre au niveau de la vidéo, la moisson est intéressante et une bonne partie de celle-ci est utilisée durant la première nuit du film 'On The Way Of Storms - L'Intégral'. La séquence en question se situe entre 00 :33 :35 et 00 :34 :25 dans le film et correspond aux prises de vue contenant la présence d'une antenne d'émission sur la droite de l'image et de silos. Voici le lien pour accéder à la séquence : 18 mai 2013 - On The Way Of Storms - L'Intégral

Une fois que l'offensive orageuse évacue la région une heure et demi plus tard après son arrivée, les routes aux alentours sont particulièrement boueuses. Cette situation alliée à un GPS qui n'hésites pas de nous faire prendre des Dirt Road (routes de campagnes) pour nous amener vers la ville de Newton réunit toutes les conditions pour que notre 4x4 se trouve confronté pour la première fois à une situation critique, de sorte que l'on arrive à un endroit où celui-ci se met à glisser progressivement vers le bas côté de la route.

On s'arrête pour sortir de cette situation mais le moindre mouvement amène davantage notre véhicule vers le bas côté. Ce n'est finalement qu'après des manœuvres effectuées par Samina sous les conseils d'Éric que notre véhicule sort de ce pétrin. Résultat des courses, on fait le niage des indications GPS jusqu'à ce que l'on retombe sur une route de bitume. Notre équipe, véritablement fatiguée s'essaye à trouver un hôtel dans la ville de Newton car personne n'a le courage de remonter jusqu'à Salina où il était prévu de dormir au départ. Malheureusement, il semble que le GPS voit des hôtels là où se trouvent des maisons résidentiels ou des bâtiments de ce genre...

Finalement, c'est en faisant demi-tour là où ce n'est pas prévu que notre chance se présente car un policier de la ville en question qui patrouillait dans le secteur nous repère et vient gentillement nous demander de nous mettre sur le côté, cela à 02h00 LT du matin... Après avoir fait la réflexion que l'on a pas effectué demi-tour dans un endroit autorisé, il nous demande si on est pas perdu vu notre tête. C'est alors qu'en cœur, on dit tous "yes" ce qui amène le policier à être compatissant face aux touristes belges que nous sommes. La conversation découle même vers le fait que son patron possède des bergers malinois, cela indiquant que le contact passe donc très bien si bien même qu'il nous conduit vers un hôtel de Newton dans lequel on effectue le check-in vers 03h00 LT du matin.
 
Chambre prise dans un motel à Newton pour passer le restant de la nuit en cours et charger le matériel. Crédit photo : Samina Verhoeven
Chambre prise dans un motel à Newton pour passer le restant de la nuit en cours et charger le matériel.
 
Après avoir parcouru 1220 kilomètres, débarqué les bagages et copié les images effectuées, c'est finalement vers 04h00 LT du matin que l'on peut commencer à se reposer... pour quelques heures seulement !
 
Afficher la suite de cette page



Créer un site
Créer un site