Les orages de la Tornado Alley - Année 2013

 
      Les récits
 
Dans un proche avenir, cette catégorie rassemblera tous les récits portant sur la période où notre équipe de traqueurs évoluait à travers la Tornado Alley. C'est donc ici que vous pouvez découvrir les différentes situations que nos chasseurs d'orages rencontraient que ce soit au niveau des orages ou du quotidien en général. En rédigeant les textes, notre attention s'est concentrée sur le côté immersif que nous voulons offrir à l'internaute qui parcours nos lignes car c'est finalement ici que vous pourrez vous imaginer en compagnie de notre équipe en vivant chaque instant avec eux. D'ailleurs, l'auteur a pris le soin d'écrire avec le temps du présent et à la première personne du singulier afin d'amplifier le côté immersif.

Par ailleurs, nous rappelons qu'une liste de référence vis-à-vis des séquences du film 'On The Way Of Storms' est disponible. Celle-ci vous permet de situer les orages décrits dans les récits vis-à-vis du film afin que vous puissiez davantage vous immerger dans nos rétrospectives quotidiennes.

Enfin, bien que nous parlons de plusieurs récits, seul ceux se consacrant aux journées des 18, 19, 20, 21, 22, 23, 24, 25, 26, 27, 28, 29, 30, 31 mai et 01 juin 2013 ont été diffusés actuellement. En effet, pas mal de travail nous reste encore à accomplir avant de pouvoir vous offrir la panoplie complète. Par la suite, les récits paraîtront dans un ordre chronologique avec la parution du récit du 02 juin 2013 prochainement.
 
 
 
      Récit du 19 mai 2013 par Michael Baillie - Turbulences dans l'air
 
Le dimanche 19 mai 2013, après quelques heures de sommeil au sein d'un motel de la ville de Newton (point A sur les cartes du parcours), je m'empresse de regarder les prévisions du SPC vers 08h00 LT pour voir ce qu'il y a au menu météorologique du jour. Le verdict tombe plutôt rapidement en visualisant une carte qui annonce un nouveau "moderate risk" pour cette journée avec un risque de 15% d'avoir une tornade, de 45% de subir de la grêle géante et d'également 45% d'observer des vents destructeurs, le tout sur un rayon de 25 miles à partir de n'importe quel point pris dans la zone à risque modéré. Pour en savoir plus sur les prévisions, celles-ci sont disponibles via le lien suivant : 19/05/2013 - 1300 UTC - Day 1 - Convective Outlook

En consultant les modèles météorologiques par la suite, il semble que la zone que nous occupons actuellement, soit les environs de Wichita (La ville de Newton se situant tout juste au nord) est bien positionnée pour le début de cette offensive puisque nous nous trouvons à l'extrême ouest de la zone concernée, ce qui marquera une différence importante en matière de distances à parcourir sur les routes américaines par rapport à la veille (Pour accéder au parcours de la journée directement sur Google Map, nous vous invitons à suivre le lien suivant : Parcours du 19 mai 2013).
 
Vue d'ensemble du trajet qui sera parcouru durant la journée du 19 mai 2013. Crédit illustration : Google Map
Vue d'ensemble du trajet qui sera parcouru durant la journée du 19 mai 2013.
Crédit illustration : Google Map
 
Vue détaillée du trajet qui sera parcouru durant la journée du 19 mai 2013. Crédit illustration : Google Map
Vue détaillée du trajet qui sera parcouru durant la journée du 19 mai 2013.
Crédit illustration : Google Map
 
Ainsi, cela nous permettra certainement d'immortaliser notre première offensive diurne pendant de longues heures. À propos de celle-ci, il semble que le potentiel supercellulaire soit au beau fixe tout comme le potentiel multicellulaire pour la soirée semble très prometteur également. Afin de ne pas se faire dépasser par la progression de l'une ou l'autre future cellule orageuse, notre équipe décide de prendre la route vers l'est pour attendre le développement des orages supercellulaires et suivre leur évolution vers le stade multicellulaire ensuite. Cela dit, comme c'est le premier jour, nous décidons de rester très prudent en matière de traque car il se pourrait très bien que des erreurs de débutant aux USA interviennent durant ce premier jour. On doit dire que l'on aurait même préféré un contexte plus léger pour commencer le séjour. Cependant, étant qu'au premier jour de traque et vu les buts variés de nos objectifs, si jamais on ne se situe pas au bon endroit pour accueillir une supercellule, on pourra toujours s'attaquer aux orages multicellulaires qui séviront certainement, ceux-ci constituants de toutes façons l'un des objectifs de notre séjour d'observation des orages aux États-Unis.
 
Prévisions émises par le Storm Prediction Center, le 19 mai 2013 à 08h00 LT. Crédit illustration : Storm Prediction Center
Prévisions émises par le Storm Prediction Center, le 19 mai 2013 à 08h00 LT.
Crédit illustration : Storm Prediction Center
 
Toutes ces réflexions conduisent notre équipe à prendre la route vers 10h30 LT en direction de l'est de la ville de Wichita dans l'état du Kansas tout en passant par Wichita même pour attendre l'offensive qui se prépare plus à l'ouest.

Une fois situé à l'est de Wichita dans une zone allant de Severy (point B sur les cartes du parcours) jusqu'à Fredonia, on voyage un peu plus à l'est et à l'ouest pour cerner la région et obtenir une bonne position d'accueil pour l'offensive de cet après-midi. Plus tard, aux environs de 14h00 LT, on observe le démarrage de l'offensive orageuse de ce jour via le radar météorologique. Celui-ci nous indique le développement d'une cellule qui naît en prenant une tournure supercellulaire tout en remontant directement vers Wichita.

Au fur et à mesure que le temps s'écoule, on observe une évolution très rapide de la cellule et il semble même qu'une tornade soit visible. Mais dans le cas où celle-ci est réellement présente, elle évolue visiblement dans des conditions très pluvieuses d'après ce que l'on observe sur le radar.

Dès lors, nous ne sommes que moyennement motivés à faire le déplacement. D'une part, à cause du temps que prendrait le trajet face à l'évolution rapide de l'orage (Sera-t-il encore dans un stade supercellulaire à notre arrivée ?). D'autre part, si les conditions se maintiennent jusqu'à notre arrivée sur place, on se sent que moyennement prêt à se jeter dès le premier jour dans ce genre de contexte explosif où une tornade serait peu visible et donc dangereuse car cachée par des précipitations. On décide donc de rester sur notre position en attendant une éventuelle évolution de ce système par la suite en progressant vers l'est mais on note déjà l'aspect qu'ont les orages à pouvoir se développer très rapidement dans le contexte atmosphérique actuel. Le plus subjuguant dans tout cela se situe au niveau du ciel qui nous surplombe car celui-ci n'annonce visuellement rien de très pré-orageux (juste la présence de stratocumulus) alors qu'une supercellule particulièrement pluvieuse sévit vers Wichita d'après le radar !
 
Ciel encombré par des stratocumulus et une humidité bien présente. Crédit photo : Samina Verhoeven
Ciel encombré par des stratocumulus et une humidité bien présente.
 
On prend note de cet aspect brutal au niveau du changement de temps sur une courte distance qu'on peut observer dans la région des plaines. Ainsi, après avoir roulé vers l'est jusqu'à la région de Fredonia suite au songe initial que les orages mettraient du temps pour évoluer, on décide de revenir vers Severy en voyant d'une part l'allure à laquelle le front orageux se met en place et d'autre part des traqueurs d'orages rouler en direction de Wichita. Ce retour vers l'ouest est une conséquence qui vient d'une autre observation importante directement liée à l'évolution des systèmes orageux, celle-ci se fait en très peu de temps ! Plusieurs éléments nous font donc penser à la fameuse offensive orageuse du 14 juillet 2010 en Belgique avec à la fois, un changement brutal du temps et une évolution extrêmement rapide des orages. Ce phénomène provient probablement de la forte instabilité présente couplée à une bonne dynamique atmosphérique. Dès lors, on juge que l'on n'aurait pas dû se situer trop à l'est de Wichita et qu'on aurait pu directement se placer peu avant la supercellule se dirigeant vers Wichita tout à l'heure mais comme annoncé au début de ce récit, on savait qu'on serait sujet à des erreurs de débutants surtout vis-à-vis d'un contexte orageux de ce genre.

Cependant, ce positionnement trop à l'est nous aura déjà permis d'observer les observations précédentes intéressantes à noter. Enfin, vers 16h30 LT, on commence à observer de nombreux mammatus trônant au-dessus des stratocumulus nous ayant accompagnés durant une bonne partie de la journée. Ceux-ci appartiennent tout simplement au système orageux qui doit nous concerner d'ici peu de temps.
 
Vue d'ensemble de cieux orageux dans lequel on distingue aisément les mammatus sous les enclumes des orages. Crédit photo : Samina Verhoeven
Vue d'ensemble de cieux orageux dans lequel on distingue aisément les mammatus sous les enclumes des orages.
 
D'ailleurs sur le radar météorologique, on observe un système multicellulaire incluant trois zones placées en tornado warning, ce qui nous fait davantage penser à trois supercellules enclavées. Étant donné que ce système se dirige droit sur nous sans présenter de signes avant coureurs évidents mise à part les mammatus sous les enclumes, on fait face au sentiment étrange de ne pas pouvoir prendre conscience du risque orageux qui progresse vers nous. Cela dit, cela s'arrête à ce seul sentiment puisqu'au niveau de notre conscience, nous avons repéré les différentes routes rapides pour s'éloigner de l'offensive au cas où cela dégénérerait. De plus, une pompe à essence se trouve non loin de notre point d'observation si jamais la grêle devait s'inviter et endommager la voiture.
 
Situation orageuse vue par les radars Doppler. Crédit photo : Éric Dargent
Situation orageuse vue par les radars Doppler.
 
Vue rapprochée de la situation orageuse vue par les radars Doppler, la flèche représente la position de l'équipe. Crédit photo : Éric Dargent
Vue rapprochée de la situation orageuse vue par les radars Doppler, la flèche représente la position de l'équipe.
 
Finalement, après une heure et demi sous les mammatus, la base des nuages semble s'épaissir considérablement en débouchant vers un système nuageux rabaissé à l'horizon ouest, le front orageux fait à présent face à notre équipe ! Ce système nuageux n'étant autre qu'un arcus enfuit dans la base nuageuse environnante fini par dévoiler toute sa splendeur une fois arrivé sur notre position et cela avec un sillage turbulent bien établi.
 
Arcus enfuit dans la base nuageuse du système orageux progressant vers l'équipe. Crédit photo : Samina Verhoeven
Arcus enfuit dans la base nuageuse du système orageux progressant vers l'équipe.
 
Sillage turbulent présent sous l'arcus au moment où celui-ci passe au dessus de l'équipe. Crédit photo : Samina Verhoeven
Sillage turbulent présent sous l'arcus au moment où celui-ci passe au dessus de l'équipe.
 
Au même moment, on reçoit l'émission d'une alerte aux gros grêlons donnée par le programme d'imagerie radar, GR Level 3. Cela dit, on décide de rester positionnés sur notre point d'observation car c'est maintenant que les aspects les plus passionnants visuellement parlant commencent à se présenter. Par contre, derrière le sillage turbulent, nous remarquons une zone verdâtre dans les précipitations qui doit correspondre aux précipitations de grêles et auxquels nous devons donc faire attention. Étant donné que la pompe à essence ne se situe pas loin, nous restons sur notre position.
 
Système orageux progressant en direction l'équipe. Celui-ci présente une zone verdâtre probablement grêligène vers la droite. Crédit photo : Samina Verhoeven
Système orageux progressant en direction l'équipe. Celui-ci présente une zone verdâtre probablement grêligène vers la droite.
 
Au même moment, on observe une torsion s'opérer sous une partie de l'arcus, celle-ci débouchant en un tourbillon de poussière sévissant non loin de la station essence, c'est alors qu'on prend conscience qu'on vient d'assister à notre premier gustnado soit un tourbillon se développant à partir de la rencontre de différents fronts de rafales.
 
Rotation sous l'arcus qui débouchera en un gustnado 5 minutes plus tard. Crédit photo : Samina Verhoeven
Rotation sous l'arcus qui débouchera en un gustnado 5 minutes plus tard.
 
Peu de temps après, les premières gouttes commencent à tomber pour vite évoluer en d'intenses précipitations de pluie et de petite grêle, le tout poussé par un vent fort faisant siffler les câbles des poteaux environnants. Les conditions de prises de vues sont pénibles et cette expérience est bonne à prendre pour se préparer à la traversée du courant descendant d'une supercellule américaine prochainement.
 
Précipitations intenses sévissant sous le système orageux. Crédit photo : Samina Verhoeven
Précipitations intenses sévissant sous le système orageux.
 
D'après le radar nous serions sous une structure multicellulaire de type écho en arc même si des éléments suspects pourraient bien faire partie du front. Nous résistons un bon moment aux intempéries en prenant un maximum de prises de vue des précipitations de pluie qui chassent jusqu'au moment ou des bruits métalliques, claires et nets se font entendre sur la carrosserie de la voiture, moment où un repli sous la pompe à essence repérée au préalable se fait sentir. Cependant, une fois arrivé en dessous, ce qui pouvait promettre une grêle conséquente en reste là. L'annonce du potentiel gréligène reste toujours d'actualité d'après le radar météorologique et on devine que cette alerte a été relayée à la radio vu le nombre de véhicule qui se sont abrités sous le toit de la station service.
 
Automobilistes s'étant réfugiés sous la pompe à essence suite au risque de chutes de grêlons conséquents. Crédit photo : Samina Verhoeven
Automobilistes s'étant réfugiés sous la pompe à essence suite au risque de chutes de grêlons conséquents.
 
Au niveau des séquences audiovisuelles de cette offensive, une bonne partie de celles-ci est utilisée durant la seconde offensive orageuse du film 'On The Way Of Storms - L'Intégral'. La séquence en question se situe entre 00 :20 :21 et 00 :25 :10 dans le film, cependant, quelques images de précipitations proviennent du passage d'une supercellule décrites un peu plus loin dans le récit de cette journée. Voici le lien pour accéder à la séquence : 19 mai 2013 - On The Way Of Storms - L'Intégral

Après cette première offensive, une seconde apparemment toujours de type multicellulaire mais plus faible en activité nous maintiens dans les environs de la station essence où nous prenons quelques prises de vues photographiques et cinématographiques. Suite au passage de ces deux systèmes orageux, on observe une élévation nuageuse au sud de l'un de ceux-ci, de sorte que l'on a l'impression de voir une bande d'alimentation comme on peut en voir au sud-ouest des orages supercellulaires. On imagine donc que ce genre d'orage aurait bien pu être enclavé dans le système mais on pense davantage qu'il s'agit d'une évolution progressive du système multicellulaire par le sud, la bande de nuages convectifs correspondant au stade de formation de nouvelles cellules orageuses.
 
Bande convective présente sur le flanc sud du système. Crédit photo : Samina Verhoeven
Bande convective présente sur le flanc sud du système.
 
Après avoir noté cela, nous décidons de descendre plus au sud en direction de Sedan (point C sur les cartes du parcours) pour intercepter nos premières cellules du voyage à baigner dans l'ambiance d'un coucher de soleil. Certaines d'entres-elles sont pour sûr supercellulaires avec un courant ascendant et descendant bien dissocié, ce qui nous donne l'occasion d'observer ce genre de structure dans de belles ambiances crépusculaires. En outre, l'une de ces cellules se dirige droit vers notre nouveau point d'observation avec un courant descendant très blanchâtre. Un coup d'oeil sur le radar nous annonce un haut risque de grêle sans que celle-ci ne soit pour autant composée par de gros grêlons. On décide donc de tenter de franchir ce premier courant descendant supercellulaire provenant d'un orage somme toute peu développé. Cela provenant sans doute à une instabilité qui décroît progressivement ou à la présence concurrentielle de nombreuses cellules orageuses dans la région.

À son passage, nous essuyons une sacrée salve de précipitations intenses composées de petits grêlons, le tout accompagné par un vent important, ce qui offre des séquences cinématographiques très captivantes (incluses dans la séquence de l'orage multicellulaire précédemment décrit au niveau du film). L'orage passé, nous observons l'arrière de celui-ci avec son rideau de grêle blanchâtre vers le nord et son courant ascendant peu structuré vers le sud.
 
Bande convective présente sur le flanc sud du système. Crédit photo : Éric Dargent
Bande convective présente sur le flanc sud du système.
 
On décide de suivre cet orage pendant une poignée de kilomètre pour voir comment il évolue car une rotation est perceptible sous le courant ascendant mais cela ne semblera pas aboutir, ce qui nous conduit à nous arrêter au sud de la région d'Independence (point D sur les cartes du parcours). Dans cette dernière région, nous observons de nouveaux foyers convectifs s'opérer depuis l'ouest avec la présence du soleil couchant. Nous faisons donc face à une atmosphère idyllique pour les passionnés d'orages que nous sommes en devinant déjà le festival d'éclair auquel on aura droit d'ici la nuit tombée.
 
Ambiances orageuses de fin de journée dans la région d'Independence au Kansas. Crédit photo : Samina Verhoeven
Ambiances orageuses de fin de journée dans la région d'Independence au Kansas.
 
En effet, les cellules orageuses présentes à l'ouest évoluent progressivement avec un rideau de précipitations rougeoyantes accompagnées par les premiers éclairs internuageux. Finalement, la nuit tombe assez brutalement avec l'arrivée de cette même cellule sur notre point d'observation qui nous offre une salve de précipitations intenses couplées à un vent si fort que les câbles électriques aux alentours ne cessent de siffler bruyamment. Les éclairs flashent sans cesse mais ce n'est que de temps à autre que nous arrivons à en voir les arcs dont quelques coups de foudre.
 
Éclair internuageux traversant le ciel au-dessus du point d'observation. Crédit photo : Samina Verhoeven
Éclair internuageux traversant le ciel au-dessus du point d'observation.
 
Ambiances électriques illustrant l'atmosphère qui règne au passage du système orageux. Crédit photo : Éric Dargent
Ambiances électriques illustrant l'atmosphère qui règne au passage du système orageux.
 
Bref, il semble d'après le radar que nous faisons face à un nouvel écho en arc qui nous aura concerné jusqu'à un peu plus de 23h00 LT. Entre temps, deux traqueurs américains nous croisent sur notre lieu d'observation et nous apprennent qu'ils vont traquer un risque de tornade nocturne. Pour notre part, on préfère continuer avec la foudre car il ne faut pas oublier que l'on vient d'atterrir depuis plus de 48 heures seulement. On doit donc essayer de prendre le temps de se forger une petite expérience de terrain. Enfin, après avoir goûté à une journée remplie de phénomènes en tout genre, nous nous dirigeons en direction d'Independence dans l'état du Kansas pour trouver un hôtel qui nous hébergera plus de 7 heures après avoir parcouru 262 kilomètres, de quoi se préparer pour la journée du lendemain qui s'annonce difficile sans être conscient de la raison pour laquelle elle le sera à ce moment là...
 
Afficher la suite de cette page



Créer un site
Créer un site