Les orages de la Tornado Alley - Année 2013

 
      Les récits
 
Dans un proche avenir, cette catégorie rassemblera tous les récits portant sur la période où notre équipe de traqueurs évoluait à travers la Tornado Alley. C'est donc ici que vous pouvez découvrir les différentes situations que nos chasseurs d'orages rencontraient que ce soit au niveau des orages ou du quotidien en général. En rédigeant les textes, notre attention s'est concentrée sur le côté immersif que nous voulons offrir à l'internaute qui parcours nos lignes car c'est finalement ici que vous pourrez vous imaginer en compagnie de notre équipe en vivant chaque instant avec eux. D'ailleurs, l'auteur a pris le soin d'écrire avec le temps du présent et à la première personne du singulier afin d'amplifier le côté immersif.

Par ailleurs, nous rappelons qu'une liste de référence vis-à-vis des séquences du film 'On The Way Of Storms' est disponible. Celle-ci vous permet de situer les orages décrits dans les récits vis-à-vis du film afin que vous puissiez davantage vous immerger dans nos rétrospectives quotidiennes.

Enfin, bien que nous parlons de plusieurs récits, seul ceux se consacrant aux journées des 18, 19, 20, 21, 22, 23, 24, 25, 26, 27, 28, 29, 30, 31 mai et 01 juin 2013 ont été diffusés actuellement. En effet, pas mal de travail nous reste encore à accomplir avant de pouvoir vous offrir la panoplie complète. Par la suite, les récits paraîtront dans un ordre chronologique avec la parution du récit du 02 juin 2013 prochainement.
 
 
 
      Récit du 23 mai 2013 par Michael Baillie - Supercellule du désert
 
Ce jeudi 23 mai 2013, je me réveille vers 07h00 LT pour me préparer à vivre une nouvelle journée de traque qui se différenciera des autres essentiellement par l'environnement dans lequel elle va s'effectuer. En effet, d'après le Storm Prediction Center, nous devrions observer une offensive supercellulaire se mettre en place sur une vaste région à l'est de Lubbock et qui se révèle être de type semi-désertique. Cela risque bien de nous surprendre en tant qu'européen de voir un orage déversant des tonnes d'eau sur une surface à la fois poussiéreuse et déssechée par le soleil brûlant de cette époque de l'année. Au niveau des prévisions, nous avons un "slight risk" cette fois-ci, en tous cas à l'heure où je consulte la première fois ces prévisions. Au sein de celles-ci, on y présente un risque de 5% pour l'occurrence de tornades, 15% pour des vents destructeurs et 30% pour de la grêle significative, le tout sur un rayon de 25 miles à partir de n'importe quel point de la zone concernée. Pour en savoir davantage sur les prévisions, celles-ci sont disponibles via le lien suivant : 23/05/2013 - 0600 UTC - Day 1 - Convective Outlook.
 
Prévisions émises par le Storm Prediction Center, le 23 mai 2013 à 01h00 LT. Crédit illustration : Storm Prediction Center
Prévisions émises par le Storm Prediction Center, le 23 mai 2013 à 01h00 LT
Crédit illustration : Storm Prediction Center
 
En dehors de l'environnement où se dérouleront les orages, un autre point particulier à noter est le caractère très localisé de l'offensive au départ qui devrait se développer sur une zone à peine plus large que la Wallonie. Il ne devrait donc pas être difficile de nous positionner correctement pour observer le développement de la cellule mis à part le problème de la rareté des routes et de leurs croisements associés dans cette région du Texas. Enfin, si on poursuit avec les difficultés logistiques de ce jour, on voit que le plus problématique est le caractère explosif de la situation dans le sens que si nous ne sommes pas au bon endroit pour voir évoluer l'orage, on est sûr de rater une bonne partie de sa formation et donc l'un des objectifs de la journée.

À propos des objectifs principaux de ce jour, ceux-ci sont surtout structurels, le but étant d'immortaliser l'évolution nuageuse des orages (formation, maturation,...) et notamment les structures du courant ascendant des orages supercellulaires qui se présenteraient. Si cela est possible, on essayera également de se faire traverser par l'un ou l'autre système pour immortaliser son activité.
 
Vue d'ensemble du trajet qui sera parcouru durant la journée du 23 mai 2013. Crédit illustration : Google Map
Vue d'ensemble du trajet qui sera parcouru durant la journée du 23 mai 2013.
Crédit illustration : Google Map
 
Vue rapprochée du trajet qui sera parcouru durant la journée du 23 mai 2013. Crédit illustration : Google Map
Vue rapprochée du trajet qui sera parcouru durant la journée du 23 mai 2013.
Crédit illustration : Google Map
 
Dès lors, on ne doit pas perdre de temps pour nous positionner surtout que nous avons du chemin à effectuer pour atteindre la zone en question, celui-ci faisant 245 km pour une durée de 2h20. Ainsi, après avoir chargé le matériel dans la voiture vers 10h30 LT, nous quittons notre motel (point A sur les cartes du parcours) pour nous mettre en route vers le premier point de chute qui se situe dans la région de Childress (situé un peu plus au nord du point E sur les cartes du parcours) (Pour accéder au parcours de la journée directement sur Google Map, nous vous invitons à suivre le lien suivant : Parcours du 23 mai 2013).
 
Bâtiment résidentiel du motel que notre équipe est sur le point de quitter pour partir en traque. Crédit photo : Samina Verhoeven
Bâtiment résidentiel du motel que notre équipe est sur le point de quitter pour partir en traque.
 
Peu après notre départ du motel, durant le plein d'essence, une mise à jour des prévisions font passer le risque vers le niveau suivant, à savoir, un "moderate risk". He oui, apparemment, cette habitude de voir des zones placées sous ce niveau n'est pas prête de nous quitter depuis le début du séjour et c'est plutôt tant mieux ! Apparemment, c'est la possible fusion au nord-ouest du Texas entre un creux de meso-échelle et un pseudo-front lié à la convection matinale en Oklahoma qui fait monter le niveau de risque d'un cran car cela serait à même de générer des orages violents dans cette zone. Pour en savoir plus, cette mise à jour est disponible via le lien suivant : 23/05/2013 - 1300 UTC - Day 1 - Convective Outlook.
 
Mise à jour des prévisions émises par le Storm Prediction Center, le 23 mai 2013 à 08h00 LT. Crédit illustration : Storm Prediction Center
Mise à jour des prévisions émises par le Storm Prediction Center, le 23 mai 2013 à 08h00 LT.
Crédit illustration : Storm Prediction Center
 
Une fois sur la route, nous nous rendons vers le nord en traversant une bonne partie de paysage désertique composé d'arbustes et de cactus, plutôt normal dans ce type d'environnement sauf que l'on remarque une certaine humidité stagner également ! De fait, une brume très présente surplombe le paysage à la manièrde de ce que l'on observe en Belgique sauf qu'ici, nous sommes en milieu semi-désertique ! Ce genre de phénomène a d'ailleurs tendance à délaver les prises de vues de l'environnement mais au moins, celui-ci est bien mis en avant pour démontrer le caractère particulier que cela donne au paysage.
 
Paysage semi-désertique dont l'horizon est dominé par la brume. Crédit photo : Samina Verhoeven
Paysage semi-désertique dont l'horizon est dominé par la brume.
 
Au gré de notre trajet, nous croisons des petites villes ou agglomérations tel que Hamlin (point B sur les cartes du parcours) ou Aspermont (point C sur les cartes du parcours). Ces dernières sont caractérisées par le sentiment que les personnes qui y vivent doivent se sentir à l'écart de tout car on a réellement l'impression de nous situer au milieu de nulle part dans ces zones. De même, au sein de ces petites villes, les bâtiments abandonnés ne sont pas rares, cela renforçant l'idée d'être particulièrement isolé du monde extérieur.
 
Un des principaux carrefours routiers de la ville de Hamlin. Crédit photo : Samina Verhoeven
Un des principaux carrefours routiers de la ville de Hamlin.
 
À Aspermont, il n'est pas rare de voir des bâtiments où l'on se demande si ceux-ci sont toujours en activité. Crédit photo : Samina Verhoeven
À Aspermont, il n'est pas rare de voir des bâtiments où l'on se demande si ceux-ci sont toujours en activité.
 
Une fois plus au nord vers 12h30 LT, on croise le lit d'une rivière totalement asséchée, celle-ci correspondant à la Salt Fork Brazos River. Durant notre passage, on se demande si celle-ci ne va pas reprendre du service d'ici une bonne paire d'heure vue ce qui risque de se produire dans le ciel. Sinon, à propos de ce dernier, rien ne semble se mettre en place à cette heure-ci de sorte que seul le soleil domine en maître.
 
Assèchement du lit de la 'Salt Fork Brazos River' dû aux longues périodes sans précipitations. Crédit photo : Samina Verhoeven
Assèchement du lit de la 'Salt Fork Brazos River' dû aux longues périodes sans précipitations.
 
Enfin, vers 13h30 LT, au moment où l'on arrive non loin de Paducah, la plus grande ville située au sud de Childress, la carte satellite finit par afficher une véritable explosion convective qui est suivie un peu plus tard par l'apparition de fortes précipitations sur la carte radar associée. Sur la route, on distingue la formation de l'orage en question dans le ciel.
 
Apparition d'une zone orageuse sur la carte radar météorologique vers 13h42 LT. L'étoile blanche représente la position actuelle de l'équipe. Crédit illustration : Weather & Climate Toolkit - NOAA
Apparition d'une zone orageuse sur la carte radar météorologique vers 13h42 LT.
L'étoile blanche représente la position actuelle de l'équipe.
Crédit illustration : Weather & Climate Toolkit - NOAA
 
En cours de route, la formation d'une enclume trahissant la maturation imminente d'une cellule orageuse commence à être visible. Crédit photo : Eric Dargent
En cours de route, la formation d'une enclume trahissant la maturation imminente d'une cellule orageuse commence à être visible.
 
Dès lors, on ne tarde pas à changer notre itinéraire de base soit modifier la destination de Childress en cherchant une route qui se dirige désormais vers l'ouest. De fait, d'après notre position actuelle, on est déjà suffisamment au nord que pour commencer à nous approcher de la zone orageuse par l'est en supposant bien entendu que la supercellule aille en direction du nord-est. Dès lors, cette situation nous conduit à nous positionner dans la région de Cee Vee (point E sur les cartes du parcours) afin de commencer les observations du ciel.
 
Depuis la région de Cee Vee, la cellule finit de se former en étalant progressivement son enclume. On remarque la présence d'un ciel brumeux rendant les observations visuelles assez difficiles. Crédit photo : Samina Verhoeven
Depuis la région de Cee Vee, la cellule finit de se former en étalant progressivement son enclume. On remarque la présence d'un ciel brumeux rendant les observations visuelles assez difficiles.
 
Cependant, mise à part mon contentement de voir la situation se mettre en place à l'endroit prévu, un problème de taille ne tarde pas à se manifester puisque l'on se trouve juste trop au nord-est de la cellule qui se forme... En temps normal, cela ne serait pas très problématique et on pourrait attendre un peu que les choses évoluent vers nous dans un flux de sud-ouest comme on pensait le faire ici sauf que dans notre cas, nous sommes dans un flux de nord-ouest à nord qui tente de faire descendre ce départ convectif en direction du sud ! On fait donc face à un phénomène directionnel à la fois particulier et très problématique car cela implique un solide détour pour se retrouver au niveau du courant ascendant de la cellule en question.
 
Supercellule en cours de formation sur la carte radar météorologique vers 14h07 LT. L'étoile blanche représente la position actuelle de l'équipe. Crédit illustration : Weather & Climate Toolkit - NOAA
Supercellule en cours de formation sur la carte radar météorologique vers 14h07 LT.
L'étoile blanche représente la position actuelle de l'équipe.
Crédit illustration : Weather & Climate Toolkit - NOAA
 
En plus de cette situation, le ciel brumeux ne nous permet même pas de faire des prises de vues du développement en question depuis notre position. Samina et Éric réalisent tout de même des photographies qui auront subit un post-traitement assez poussé afin d'y voir quelque chose. De mon côté, au niveau vidéo, c'est juste inintéressant car je ne bénéficie pas d'un tel pouvoir de post-traitement et je dois dire que je ne suis pas loin de faire grise mine lorsque je remarque des mammatus se dessiner sous une enclume. C'est clair et nette, l'immortalisation de la phase d'initiation n'est pas pour aujourd'hui.
 
Présence de mammatus sous l'enclume de la supercellule observée par notre équipe. Crédit photo : Samina Verhoeven
Présence de mammatus sous l'enclume de la supercellule observée par notre équipe.
 
Mais tout n'est pas perdu puisqu'en terme d'offensive orageuse, nous ne sommes qu'au début et c'est donc avec ferveur que nous reprenons la route empruntée jusqu'ici mais en direction du sud cette fois. En cours de route, vers 14h45 LT, on remarque une zone convective qui se développe, cela faisant penser au courant ascendant de la supercellule convoitée mais qui appartient en fait à une nouvelle cellule en cours de formation.
 
Cumulification trahissant la formation imminente d'une deuxième supercellule pendant notre trajet vers le sud. Crédit photo : Samina Verhoeven
Cumulification trahissant la formation imminente d'une deuxième supercellule pendant notre trajet vers le sud.
 
Une supercellule pleinement formée est présente sur la carte radar météorologique vers 14h47 LT. L'étoile blanche représente la position actuelle de l'équipe. Crédit illustration : Weather & Climate Toolkit - NOAA
Une supercellule pleinement formée est présente sur la carte radar météorologique vers 14h47 LT.
L'étoile blanche représente la position actuelle de l'équipe.
Crédit illustration : Weather & Climate Toolkit - NOAA
 
Après être redescendu à un niveau suffisant, vers la région de Guthrie (point F sur les cartes du parcours), nous nous hâtons en direction de l'ouest, cela suffisamment vite que pour ne pas risquer de se faire prendre par le courant descendant de flanc avant du nouvel orage supercellulaire venant tout juste de se former. Cette prouesse constitue une paire de manche pour rester aux alentours de la limitation de vitesse mais il n'est certainement pas question de se faire arrêter par la police de la route maintenant (même si on suppose qu'ils ont probablement autre chose à faire à l'heure actuelle vue la situation orageuse).
 
Courant descendant s'approchant progressivement de la route empruntée vers l'ouest. Crédit photo : Samina Verhoeven
Courant descendant s'approchant progressivement de la route empruntée vers l'ouest.
 
Au fil de notre progression vers l'ouest, on remarque un horizon particulièrement sombre sur notre droite qui correspond au FFD et au RFD de la nouvelle supercellule se trouvant au nord de notre position maintenant. On observe également des soulèvements de poussières aux alentours qui créent une ambiance particulière mais rien de très significatif jusqu'ici. C'est finalement lorsque nous arrivons peu avant la région de Dickens que nous visualisons une structure ressemblant apparemment au courant ascendant du nouvel orage supercellulaire. Si on est pas convaincu de ce que l'on voit, c'est surtout en raison de l'ambiance très poussiéreuse qui nous entoure et qui contribue à rendre brumeux tous les éléments autour de nous.
 
Arcus mésocyclonique d'une nouvelle supercellule en cours de formation. Crédit photo : Samina Verhoeven
Arcus mésocyclonique d'une nouvelle supercellule en cours de formation.
 
Formation de la seconde supercellule sur la carte radar météorologique vers 15h43 LT. L'étoile blanche représente la position actuelle de l'équipe. Crédit illustration : Weather & Climate Toolkit - NOAA
Formation de la seconde supercellule sur la carte radar météorologique vers 15h43 LT.
L'étoile blanche représente la position actuelle de l'équipe.
Crédit illustration : Weather & Climate Toolkit - NOAA
 
Vue rapprochée de la formation du nouvel orage sur la carte radar météorologique vers 15h43 LT. L'étoile blanche représente la position actuelle de l'équipe. Crédit illustration : Weather & Climate Toolkit - NOAA
Vue rapprochée de la formation du nouvel orage sur la carte radar météorologique vers 15h43 LT.
L'étoile blanche représente la position actuelle de l'équipe.
Crédit illustration : Weather & Climate Toolkit - NOAA
 
En outre, derrière ce courant ascendant, on remarque une zone sombre matérialisée par des précipitations qui pourraient masquer une probable tornade (icône de tornade observée apparaissant sur le radar GR Level 3) et de la grêle, on décide donc d'être prudent et de continuer vers l'ouest plutôt que de se laisser traverser par cette structure, c'est alors que nous voyons une zone de poussière en suspension filer à toute vitesse vers le sud en coupant notre route. À toute première vue, cela pourrait bien être le front de rafale du courant descendant de flanc avant de la toute première supercellule car on observe un sillage turbulent qui surplombe notre secteur actuel. Il s'agit donc de ne pas traîner si on ne veut pas se faire rattraper par le FFD en question, ce qui nous amène à nous approcher du phénomène qui se présente devant nous avec dextérité.
 
Bande poussiéreuse provenant probablement de la poussière soulevée par le front de rafale du courant descendant de flanc avant de la toute première supercellule. Crédit photo : Eric Dargent
Bande poussiéreuse provenant probablement de la poussière soulevée par le front de rafale
du courant descendant de flanc avant de la toute première supercellule.
 
État de la bande poussiéreuse coupant la route de notre équipe peu avant de commencer à la traverser. Crédit photo : Eric Dargent
État de la bande poussiéreuse coupant la route de notre équipe peu avant de commencer à la traverser.
 
Afin de continuer notre route vers l'ouest dans le but de nous approcher des structures du courant ascendant de la première supercellule, nous n'hésitons pas à traverser la zone de poussière qui envahit la route (point G sur les cartes du parcours). Dès lors, nous nous retrouvons dans une ambiance semblant venir d'une autre planète. Une ambiance qui se caractérise par une visibilité limitée à 10 mètres et une atmosphère de couleur ôcre.
 
Une fois à l'intérieur de la zone de poussière, l'environnement semble sortir tout droit d'un autre monde. Crédit photo : Eric Dargent
Une fois à l'intérieur de la zone de poussière, l'environnement semble sortir tout droit d'un autre monde.
 
Après plusieurs minutes de parcours dans cette zone aux ambiances particulières, une éclaircie finit par se dessiner pour finalement nous dévoiler ce qui semble être le courant ascendant de la supercellule. En dessous de celui-ci, l'horizon semble être masqué par une autre zone poussiéreuse dont les particules sont probablement soulevées par le courant ascendant en question.
 
Courant ascendant de la première supercellule de la journée. Celui-ci soulève des particules créant une atmosphère poussiéreuse à l'horizon. Crédit photo : Eric Dargent
Courant ascendant de la première supercellule de la journée. Celui-ci soulève des particules
créant une atmosphère poussiéreuse à l'horizon.
 
Situation orageuse sur la carte radar météorologique vers 16h01 LT, soit le moment correspondant à la sortie de la zone poussièreuse. L'étoile blanche représente la position actuelle de l'équipe. Crédit illustration : Weather & Climate Toolkit - NOAA
Situation orageuse sur la carte radar météorologique vers 16h01 LT, soit
le moment correspondant à la sortie de la zone poussièreuse.
L'étoile blanche représente la position actuelle de l'équipe.
Crédit illustration : Weather & Climate Toolkit - NOAA
 
Une fois en dessous du courant ascendant, on observe que celui-ci est tumultueux et semble assez vaste avec de nombreuses zones ocres qui doivent correspondre à des poches de poussières en suspension. En s'étant arrêté pour regarder ces phénomènes ainsi que vers la zone poussiéreuse que l'on vient de traverser, on remarque une colonne se dessiner dans la masse de particule, celle-ci nous faisant songer à un gustnado. Cette structure possède une rotation lâche mais la colonne se maintient toujours, le tout accompagné d'un vent intense provenant du nord. Cela semble très plausible car ce genre de phénomène tourbillonnaire peut se développer aux alentours du courant ascendant d'un orage supercellulaire.
 
Vue d'ensemble de la base du courant ascendant de la supercellule actuellement observée par l'équipe. Crédit photo : Samina Verhoeven
Vue d'ensemble de la base du courant ascendant de la supercellule actuellement observée par l'équipe.
 
Base du courant ascendant aspirant la poussière environnante. On distingue une colonne qui pourrait être un gustnado en voie de dissipation. Crédit photo : Eric Dargent
Base du courant ascendant aspirant la poussière environnante. On distingue
une colonne qui pourrait être un gustnado en voie de dissipation.
 
Situation orageuse sur la carte radar météorologique vers 16h10 LT. L'étoile blanche représente la position actuelle de l'équipe. Crédit illustration : Weather & Climate Toolkit - NOAA
Situation orageuse sur la carte radar météorologique vers 16h10 LT.
L'étoile blanche représente la position actuelle de l'équipe.
Crédit illustration : Weather & Climate Toolkit - NOAA
 
Peu de temps après, vers 16h15 LT, nous sommes à nouveau contraint de nous déplacer rapidement vers l'ouest car on distingue un mur blanchâtre arriver vers notre position depuis le nord. Cette décision a pour cause l'absence d'un endroit où se mettre à l'abri en cas de gros grêlons et comme on préfère préserver le véhicule pour les besoins de la continuité du film 'On The Way Of Storms' en cours de tournage, on préfère évacuer la zone mais de manière progressive toutefois. De fait, il serait intéressant d'au moins capter la petite grêle mais en nombre afin d'avoir une idée de ce que ce phénomène peut offrir comme atmosphère surtout dans un milieu quasiment désertique, rappelons-le !

Cette entreprise nous fait progresser vers la région orientale de Crosbyton (point H sur les cartes du parcours). À ce moment là, je me situe à l'arrière de la voiture avec Éric pour faire les prises de vues, Samina étant au volant du 4x4. En cours de route, nous observons l'arrivée de la grêle qui tombe avec avidité. Malgré que les grêlons soient de petites tailles, la route blanchit rapidement tant ils sont nombreux. Samina décide de s'arrêter dès que possible afin que je puisse réaliser des prises de vues à l'arrêt et que l'on profite de cette ambiance gréligène particulière surtout dans un paysage où l'on imaginerait jamais voir pareil phénomène se produire. Décidemment, après avoir traversé une zone poussiéreuse, nous voilà dans une zone de grêle... En clair, nous assistons à des contrastes particulièrement phénoménaux durant cette journée. Par ailleurs, les chutes de grêles sont présentes dans le film 'On The Way Of Storms - L'Intégral' entre 01: 02: 15 et 01: 04: 12, celles-ci étant accessibles via le lien suivant : 23 mai 2013 - On The Way Of Storms - L'Intégral - 01.
 
Zone de petite grêle frappant la région de Crosbyton. Crédit photo : Samina Verhoeven
Zone de petite grêle frappant la région de Crosbyton.
 
Situation orageuse sur la carte radar météorologique vers 16h24 LT. L'étoile blanche représente la position actuelle de l'équipe. Crédit illustration : Weather & Climate Toolkit - NOAA
Situation orageuse sur la carte radar météorologique vers 16h24 LT.
L'étoile blanche représente la position actuelle de l'équipe.
Crédit illustration : Weather & Climate Toolkit - NOAA
 
Par la suite, nous observons une évolution notable de la cellule qui se situe le plus à l'est des deux tout en progressant vers le sud, son RFD s'apprêtant à toucher la région de Girard (point J sur les cartes du parcours). On décide dès lors de traverser la cellule qui nous concerne en direction de l'est maintenant que la zone de grêle s'évacue. Il s'ensuit l'observation de trombe d'eau sur la route qui nous empêche de progresser rapidement et nous mettons un certain temps avant de rejoindre la région de Dickens (point I sur les cartes du parcours) située plus à l'est. En outre, la traversée de cet orage est visible dans le film 'On The Way Of Storms - L'Intégral' entre 01: 04: 17 et 01: 05: 24, celles-ci étant accessibles via le lien suivant : 23 mai 2013 - On The Way Of Storms - L'Intégral - 02.

À ce moment là, vers 17h30, la supercellule convoitée a bien progressée vers le sud et nous sommes contraint à suivre son sillage si on veut avoir une chance de se retrouver devant. En roulant tout juste au nord de celle-ci, parmi les différentes régions traversées par cet orage, on observe toute une série de dégâts épars que ce soit des branches d'arbres arrachées, des inondations étendues, des coulées de boues ou des débris composés de tôles, cela atteignant son paroxisme lors de notre passage à Girard (point J sur les cartes du parcours).
 
Dégâts ayant été perpétrés sur la végétation dans la région de Girard. Crédit photo : Samina Verhoeven
Dégâts ayant été perpétrés sur la végétation dans la région de Girard.
 
Évacuation de la zone orageuse sur la carte radar météorologique vers 18h00 LT soit le moment correspondant à la présence des traqueurs à Girard. L'étoile blanche représente la position actuelle de l'équipe. Crédit illustration : Weather & Climate Toolkit - NOAA
Évacuation de la zone orageuse sur la carte radar météorologique vers 18h00 LT
soit le moment correspondant à la présence des traqueurs à Girard.
L'étoile blanche représente la position actuelle de l'équipe.
Crédit illustration : Weather & Climate Toolkit - NOAA
 
Vers 18h15, en nous arrêtant au sein de Jayton (point K sur les cartes du parcours), nous faisons même face à une antenne d'émission dont un bon nombre de câbles du côté nord ont cédé. Il semblerait qu'une borne de relais téléphonique ait été arrachée également. Heureusement, la structure est toujours debout mais on imagine aisément à quel point le vent du nord a dû souffler pour créer de tels dégâts. D'ailleurs, des arbustes de la même régions ont de nombreuses branches cassées.
 
Antenne d'émission ayant été endommagée durant le passage de la zone orageuse dans la région de Jayton. Crédit photo : Samina Verhoeven
Antenne d'émission ayant été endommagée durant le passage
de la zone orageuse dans la région de Jayton.
 
En poursuivant notre route, on transite par des zones entièrement inondées au point que l'on se croirait au sein d'un véritable marécage lorsque les arbustes au pied dans l'eau sont nombreux et cela en pleine zone semi-désertique ! Des images illustrant cette situation sont d'ailleurs présentes dans le film 'On The Way Of Storms - L'Intégral' entre 01: 08: 17 et 01: 09: 14, celles-ci étant accessibles via le lien suivant : 23 mai 2013 - On The Way Of Storms - L'Intégral - 03. Enfin, après avoir observé toutes ces conséquences, Éric appuie sur l'accélérateur afin que l'on puisse augmenter les chances de se retrouver devant la supercellule qui crée tout ces événements.

C'est un bon moment plus tard, après avoir pris une route qui tend vers l'est de la cellule, que nous réussissons à voir le courant ascendant bien constitué de l'orage. Seulement, au moment où l'on réalise cette observation, le système tend à s'étendre en un MCS. En continuant à progresser vers le sud jusque Sweetwater et ensuite vers l'ouest, nous arrivons finalement à Roscoe vers 19h45 (point L sur les cartes du parcours) où nous pouvons assister au transit de l'orage possiblement encore supercellulaire en direction du sud. Nous sommes sur son flanc oriental et voyons toute une série de coup de foudre frapper la région jusqu'à ce que cela finissent par se calmer.
 
Situation orageuse sur la carte radar météorologique vers 19h50 LT soit le moment correspondant à l'arrivée des traqueurs à Roscoe. L'étoile blanche représente la position actuelle de l'équipe. Crédit illustration : Weather & Climate Toolkit - NOAA
Situation orageuse sur la carte radar météorologique vers 19h50 LT
soit le moment correspondant à l'arrivée des traqueurs à Roscoe.
L'étoile blanche représente la position actuelle de l'équipe.
Crédit illustration : Weather & Climate Toolkit - NOAA
 
Activité faiblement pluvieuse sous la zone orageuse peu de temps après l'arrivée de l'équipe dans la région de Roscoe. Crédit photo : Eric Dargent
Activité faiblement pluvieuse sous la zone orageuse peu de temps après l'arrivée de l'équipe dans la région de Roscoe.
 
En outre, après avoir connu une journée très chaude, la soirée fait place à des températures bien plus désagréables dont le ressenti via un vent d'est me fait réellement trembler durant ces dernières prises de vues. Cela sans parler de la faible pluie bien fraîche qui tombe actuellement. En réfléchissant, on décide tout de même de rester car étant dans une zone où de nombreux champs d'éoliennes sont présents, le potentiel d'observer des éclairs frappant ces structures est important. Seulement, il faudra bien que le système orageux en place au-dessus de nos têtes se mette en activité car c'est le calme plat depuis l'évacuation de la supercellule.
 
Vue satellite indiquant la présence des nombreuses éoliennes autour de Roscoe (point L). Ces dernières sont visibles via les différentes lignes blanchâtres et parallèles entre elles. Crédit illustration : Google Earth
Vue satellite indiquant la présence des nombreuses éoliennes autour de Roscoe (point L).
Ces dernières sont visibles via les différentes lignes blanchâtres et parallèles entre elles.
Crédit illustration : Google Earth
 
C'est d'ailleurs durant cette période où la pluie devient vraiment gênante que je décide de profiter de la présence de petites structures composées de tôles pour m'en protéger. Je suis dans une position idéale car la structure arrive à me protèger de la pluie et du vent sans qu'il y ait pour autant un toit qui gênerait les prises de vues du ciel. De fait, le mur de la bâtisse est suffisamment haut et le vent d'est suffisamment fort que pour renvoyer la pluie assez loin devant moi. Dès lors, cela va directement mieux au niveau confort et je me sens prêt à attendre quelques temps afin de voir ce qui va bien se produire.
 
Situation orageuse sur la carte radar météorologique vers 20h24 LT soit une demi-heure avant l'émergence des premiers coups de foudres ascendants. L'étoile blanche représente la position actuelle de l'équipe. Crédit illustration : Weather & Climate Toolkit - NOAA
Situation orageuse sur la carte radar météorologique vers 20h24 LT soit une demi-heure
avant l'émergence des premiers coups de foudres ascendants.
L'étoile blanche représente la position actuelle de l'équipe.
Crédit illustration : Weather & Climate Toolkit - NOAA
 
He bien, je dois dire que nous sommes tous véritablement récompensés par notre longue attente car après quelques impacts de foudre épars, nous assistons à un véritable embrassement du ciel vers 21h00 LT. Un ciel dont la tension est suffisamment élevée que pour initier des décharges de foudre ascendantes depuis les champs d'éoliennes ! Ce spectacle est magnifique depuis mon point d'observation, ce qui attire Samina vers celui-ci pour assister avec moi à ces phénomènes dont les coups de tonnerre craquent toujours plus fort. Les frissons sont garantis surtout que des coupures de courant sont générées à plusieurs reprises sans parler des grésillements qui se font entendre sur une ligne téléphonique placée juste à côté de nous. D'ailleurs, un flash d'étincelles s'est même produit, ce qui rajoute une couche sur le stress qui se fait sentir au moment où ces impacts se manifestent. Entre ces décharges nuage-sol, on observe même des décharges rampantes sous la couche nuageuse et d'autres intranuageuses qui sont si puissantes que le ciel tout entier semble flasher à chaque coup. Bien entendu, cette expérience a été reprise dans le film 'On The Way Of Storms - L'Intégral' entre 00: 30: 57 et 00: 31: 49, celles-ci étant accessibles via le lien suivant : 23 mai 2013 - On The Way Of Storms - L'Intégral - 04.
 
Double coup de foudre ascendant se déployant à partir d'un parc éolien situé à l'horizon ouest de Roscoe. Crédit photo : Samina Verhoeven
Double coup de foudre ascendant se déployant à partir d'un parc éolien situé à l'horizon ouest de Roscoe.
 
Coup de foudre puissant et probablement descendant négatif frappant la zone nord-ouest du parc éolien. Crédit photo : Samina Verhoeven
Coup de foudre puissant et probablement descendant négatif frappant la zone nord-ouest du parc éolien.
 
Enfin, vers 21h45 LT, un bruit métallique retentit sur la tôle de la bâtisse et on songe directement à de la grêle, ce qui nous fait courir en direction de la voiture. En fait, c'est juste la pluie qui vient d'augmenter brutalement en force, celle-ci ayant même réussi à nous tremper, le temps que l'on parcours les quelques 50 mètres qui nous séparaient de la voiture et dans laquelle Éric avait préféré rester vu les conditions de prises de vues.
 
Situation orageuse sur la carte radar météorologique vers 21h30 LT soit peu avant la clôture de la traque aux orages de cette journée. L'étoile blanche représente la position actuelle de l'équipe. Crédit illustration : Weather & Climate Toolkit - NOAA
Situation orageuse sur la carte radar météorologique vers 21h30 LT soit
peu avant la clôture de la traque aux orages de cette journée.
L'étoile blanche représente la position actuelle de l'équipe.
Crédit illustration : Weather & Climate Toolkit - NOAA
 
Après toutes ces expériences vécues, on se dit que le moment est bon pour nous de regagner un motel dans la région et pourquoi pas le même que la veille puisque l'on se trouve à une ville d'écart de Sweetwater. C'est ainsi que l'on repart sur la route vers le motel, une route accomplissant une boucle de 621 km pour cette journée. Une fois arrivé à destination vers 22h00 LT et après avoir déchargé nos images sur nos disques durs, on s'en va se reposer avec la satisfaction d'avoir assisté à une foison de phénomènes que l'on est pas prêt d'oublier.
 
Afficher la suite de cette page



Créer un site
Créer un site