Les orages de la Tornado Alley - Année 2013

 
      Les récits
 
Dans un proche avenir, cette catégorie rassemblera tous les récits portant sur la période où notre équipe de traqueurs évoluait à travers la Tornado Alley. C'est donc ici que vous pouvez découvrir les différentes situations que nos chasseurs d'orages rencontraient que ce soit au niveau des orages ou du quotidien en général. En rédigeant les textes, notre attention s'est concentrée sur le côté immersif que nous voulons offrir à l'internaute qui parcours nos lignes car c'est finalement ici que vous pourrez vous imaginer en compagnie de notre équipe en vivant chaque instant avec eux. D'ailleurs, l'auteur a pris le soin d'écrire avec le temps du présent et à la première personne du singulier afin d'amplifier le côté immersif.

Par ailleurs, nous rappelons qu'une liste de référence vis-à-vis des séquences du film 'On The Way Of Storms' est disponible. Celle-ci vous permet de situer les orages décrits dans les récits vis-à-vis du film afin que vous puissiez davantage vous immerger dans nos rétrospectives quotidiennes.

Enfin, bien que nous parlons de plusieurs récits, seul ceux se consacrant aux journées des 18, 19, 20, 21, 22, 23, 24, 25, 26, 27, 28, 29, 30, 31 mai et 01 juin 2013 ont été diffusés actuellement. En effet, pas mal de travail nous reste encore à accomplir avant de pouvoir vous offrir la panoplie complète. Par la suite, les récits paraîtront dans un ordre chronologique avec la parution du récit du 02 juin 2013 prochainement.
 
 
 
      Récit du 30 mai 2013 par Michael Baillie - Vaisseau mère en approche
 
Après avoir passé une nouvelle courte nuit, une consultation de ce que prévoit les modèles météorologiques couplée à la lecture des prévisions du Storm Prediction Center vers 08h30 LT suffit pour voir que cette journée nous réserve un potentiel orageux et même tornadique intéressant, notamment pour la région d'Oklahoma City qui devient rapidement notre lieu de destination en guise de positionnement préalable. L'objectif du jour sera donc d'observer des structures supercellulaires et pourquoi pas une tornade. On garde donc un peu les objectifs du 27 mai 2013 mais sans crevaison svp ! En consultant le site du 'Weather Channel', je me dis même qu'il serait intéressant de faire une séquence incluant leur bulletin météo car celui-ci concorde avec ce que je voudrais inclure dans notre film en cours de tournage. Ainsi, c'est le bulletin de cette journée qui figure dans l'introduction du film 'On The Way Of Storms - L'Intégral' entre 00: 00: 18 et 00: 00: 52 qui est accessible via le lien suivant : 30 mai 2013 - On The Way Of Storms - L'Intégral - 01.

Une fois cela effectué, il ne faut pas trainer à se mettre en route depuis notre motel situé à Woodward (point A sur les cartes du parcours) car il s'avère que les orages pourront naître plus tôt qu'à l'habitude, peut-être même vers 12h00 LT si cela se trouve ! Même si les plus intéressants d'entre eux devraient se former en cours de soirée, on préfère ne négliger aucun spécimen supercellulaire qui se présentera durant cette journée. Au niveau des risques des phénomènes orageux associés, nous avons un risque de 10% pour l'occurrence d'une tornade, 15% pour la survenue de vents destructeurs et 45% pour de la grêle géante, le tout sur un rayon de 25 miles à partir de n'importe quel point de la zone placée en risque sévère modéré. Par ailleurs, on devra tenir compte du fait que la zone propice aux supercellules est assez restreinte ce qui pourrait annoncer de mauvaises surprises si celles-ci sortent de cette zone proprement dite. Pour en savoir davantage sur les prévisions, celles-ci sont disponibles via le lien suivant : 30/05/2013 - 1300 UTC - Day 1 - Convective Outlook.
 
Prévisions émises par le Storm Prediction Center, le 30 mai 2013 à 08h00 LT. Crédit illustration : Storm Prediction Center
Prévisions émises par le Storm Prediction Center, le 30 mai 2013 à 08h00 LT.
Crédit illustration : Storm Prediction Center
 
Dès lors, on décide de prendre 11h00 LT comme heure de départ, ce qui peut donner l'impression que nous prenons notre temps alors qu'il n'en est nullement. De fait, les prévisions sur base des modèles météorologiques prenant un temps considérable, sans parler de la préparation du matériel, de la voiture ainsi que de nous même, nous amène souvent à pouvoir prendre la route minimum 3 heures après notre réveil. En plus, cette fois-ci, j'ai réalisé une séquence vidéo des prévisions présentée par la chaîne 'Weather Channel' mais celles-ci en valaient vraiment la peine. Vers 10h40 LT, soit peu avant de prendre la route, on décide de profiter du fabuleux petit déjeuner auquel nous avons droit à notre motel, soit un met typiquement américain... Dès lors, vous devinez aisément à travers le terme 'fabuleux' que tout mais alors tout est mortellement immangeable car l'ensemble des denrées sont bien trop sucrées, même le lait ! Résultat des courses, on arrive vainement à ingérer quoi que ce soit et que dire des gaufres qui ressemblent plus à des blocs de sucres que l'on a coloré et moulé dans cette forme qu'à autre chose...
 
Situation pluvieuse sur la carte radar météorologique vers 11h01 LT. L'étoile blanche représente la position actuelle de l'équipe. Crédit illustration : Weather & Climate Toolkit - NOAA
Situation pluvieuse sur la carte radar météorologique vers 11h01 LT.
L'étoile blanche représente la position actuelle de l'équipe.
Crédit illustration : Weather & Climate Toolkit - NOAA
 
Bref, une fois 11h00 LT à nos montres, on ne tarde pas à prendre la route en ayant la ville d'Oklahoma City pour objectif préliminaire. Ce premier point de chute a d'ailleurs deux objectifs qui sont d'une part, de nous retrouver dans la zone à risque sévère modéré et d'autre part, acquérir une nouvelle optique pour l'un des appareils photo d'Éric. En effet, cette ville étant vaste, on a pu aisément y retrouver l'adresse d'un revendeur photo / vidéo via le réseau Internet. Peu avant de commencer notre trajet, nous veillons à faire un plein d'essence complet comme à l'accoutumée. Pour en venir à l'état du ciel, celui-ci est dégagé durant notre départ contrairement à la veille. Il semble d'ailleurs que nous soyons tout juste à l'est de la ligne sèche ce qui explique le beau temps que nous connaissons actuellement dans notre région et on doit dire que ce type de temps est engageant pour commencer notre trajet (Pour accéder au parcours de la journée directement sur Google Map, nous vous invitons à suivre le lien suivant : Parcours du 30 mai 2013).
 
Vue d'ensemble du trajet qui sera parcouru durant la journée du 30 mai 2013. Crédit illustration : Google Map
Vue d'ensemble du trajet qui sera parcouru durant la journée du 30 mai 2013.
Crédit illustration : Google Map
 
Vue rapprochée du trajet qui sera parcouru durant la journée du 30 mai 2013. Crédit illustration : Google Map
Vue rapprochée du trajet qui sera parcouru durant la journée du 30 mai 2013.
Crédit illustration : Google Map
 
Vue détaillée du trajet qui sera parcouru entre Chickasha et Sulphur durant la journée du 30 mai 2013. Crédit illustration : Google Map
Vue détaillée du trajet qui sera parcouru entre Chickasha et Sulphur durant la journée du 30 mai 2013.
Crédit illustration : Google Map
 
Cependant, comme signalé précédemment, les prévisions annoncent une formation plus hâtive des orages qu'à l'accoutumée durant cette journée et cela se vérifie seulement après une heure et demi de route, soit vers 12h30 LT. En effet, durant notre parcours sur la route 281 en direction d'Oklahoma City, j'observe une convection profonde s'opérant juste à notre gauche, soit à l'est de notre position.
 
Développement convectif observé depuis la route 281 en direction de l'est vers 12h45 LT. Crédit photo : Michael Baillie
Développement convectif observé depuis la route 281 en direction de l'est vers 12h45 LT.
 
Situation pluvieuse sur la carte radar météorologique vers 12h45 LT. L'étoile blanche représente la position actuelle de l'équipe. Crédit illustration : Weather & Climate Toolkit - NOAA
Situation pluvieuse sur la carte radar météorologique vers 12h45 LT.
L'étoile blanche représente la position actuelle de l'équipe.
Crédit illustration : Weather & Climate Toolkit - NOAA
 
Par chance, les courants aériens sont justes parallèles à l'autoroute I40 que nous emprunterons d'ici peu, ce qui me permettra de faire des plans de la formation orageuse si jamais une scène où je devrais inclure ce phénomène observé depuis la voiture en mouvement devait intervenir dans le film 'On The Way Of Storms'. Sur la carte de détection des précipitations, on observe également la maturation d'une cellule située plus au sud mais qui n'est malheureusement pas très visible depuis la route que nous empruntons. Pendant toute la route, la convection de la cellule du nord s'entretient jusqu'à ce qu'elle évolue en orage vers 13h20 LT, ce qui nous donne la présence de deux cellules orageuses à l'heure actuelle.
 
Situation pluvieuse sur la carte radar météorologique vers 13h23 LT. L'étoile blanche représente la position actuelle de l'équipe. Crédit illustration : Weather & Climate Toolkit - NOAA
Situation pluvieuse sur la carte radar météorologique vers 13h23 LT.
L'étoile blanche représente la position actuelle de l'équipe.
Crédit illustration : Weather & Climate Toolkit - NOAA
 
Vue partielle de la supercellule du nord observée depuis l'Interstate 40. Crédit photo : Michael Baillie
Vue partielle de la supercellule du nord observée depuis l'Interstate 40.
 
Bordure de l'enclume développée par l'orage supercellulaire agissant au nord de la position de notre équipe. Crédit photo : Michael Baillie
Bordure de l'enclume développée par l'orage supercellulaire agissant au nord de la position de notre équipe.
 
Cependant, cela faisant un moment qu'Éric se passe d'une bonne optique (un problème étant survenu durant la traque du 27 mai 2013), on effectue tout de même le crochet vers le magasin préalablement choisi qui devrait pouvoir lui en délivrer une. De notre côté, mise à part la présence d'une petite cellule se tenant tout juste à l'ouest de notre position, le ciel est parsemé de nuages cumuliformes sans plus alors que nous pénétront dans la région de la Capitale de l'Oklahoma (point B sur les cartes du parcours).
 
Situation orageuse sur la carte radar météorologique vers 13h32 LT. L'étoile blanche représente la position actuelle de l'équipe. Crédit illustration : Weather & Climate Toolkit - NOAA
Situation orageuse sur la carte radar météorologique vers 13h32 LT.
L'étoile blanche représente la position actuelle de l'équipe.
Crédit illustration : Weather & Climate Toolkit - NOAA
 
Derrière cette enseigne extravagante, on observe un ciel parsemé de petits cumulus dans la région de notre équipe. Crédit photo : Eric Dargent
Derrière cette enseigne extravagante, on observe un ciel parsemé de petits cumulus dans la région de notre équipe.
 
Arrivé au magasin intitulé 'Belford' vers 13h45 LT (point C sur les cartes du parcours), Éric s'empresse d'aller voir ce qui pourrait lui convenir. Pendant ce temps, la cellule dont j'ai récemment immortalisé la formation, continue à évoluer et donne même des TVS (Tornado Vortex Signature) sur le programme GR Level 3, ce qui cause un certain stress dans l'équipe puisque nous sommes brillamment entrain de la louper à cause d'une séance de shopping !
 
Situation orageuse sur la carte radar météorologique vers 13h46 LT. L'étoile blanche représente la position actuelle de l'équipe. Crédit illustration : Weather & Climate Toolkit - NOAA
Situation orageuse sur la carte radar météorologique vers 13h46 LT.
L'étoile blanche représente la position actuelle de l'équipe.
Crédit illustration : Weather & Climate Toolkit - NOAA
 
Situation supercellulaire sur la carte radar météorologique à double réflectivité vers 13h46 LT. L'étoile blanche représente la position actuelle de l'équipe. Crédit illustration : Weather & Climate Toolkit - NOAA
Situation supercellulaire sur la carte radar météorologique à double réflectivité vers 13h46 LT.
L'étoile blanche représente la position actuelle de l'équipe.
Crédit illustration : Weather & Climate Toolkit - NOAA
 
De fait, ce serait vraiment stupide de rater l'occurrence d'une probable tornade (un TVS pouvant en présager voire en trahir la présence réelle) en ayant comme simple excuse qu'on faisait nos courses ! Je rentre donc dans le magasin 'légèrement' nerveux pour prévenir Éric qu'il est plus que temps de partir quand j'aperçois la diffusion d'un bulletin d'alerte sur une de leur télévision pour l'autre cellule s'étant développée plus au sud et qui commence à devenir dangereuse pour la région d'Anadarko se situant à l'ouest de Chickasha, elle-même située au sud-ouest d'Oklahoma City. Ni une, ni deux, une fois tous embarqués vers 14h00 LT, on s'active vers la cellule du sud qui semble apparemment plus prometteuse que l'orage supercellulaire du nord.

Durant notre descente vers le sud, la stratégie actuelle réside dans le fait de pouvoir atteindre la région sud-est de l'orage avant que le courant descendant avant, soit le FFD, n'atteigne l'autoroute I44 que l'on emprunte vers le sud-ouest en direction de Chickasha, ce qui est évidemment assez risqué mais en même temps indispensable si on veut avoir des chances de bien se positionner à temps. Peu avant de traverser l'orage vers 14h20 LT, nous croisons une zone boisée ayant été affectée par le passage de la tornade de Moore durant la journée du 20 mai 2013 (point D sur les cartes du parcours). Rien que durant ce passage, on mesure déjà l'impact significatif que celle-ci a causé à l'environnement. Dans le programme de notre voyage, on prévoit d'ailleurs de réaliser une prospection à travers la zone ayant été affectée par ce désormais et tristement célèbre tourbillon.
 
Zone boisée, jouxtant l'Interstate 44, ayant été affectée par le passage de la tornade de Moore, le 20 mai 2013. Crédit photo : Samina Verhoeven
Zone boisée, jouxtant l'Interstate 44, ayant été affectée par le passage de la tornade de Moore, le 20 mai 2013.
 
Situation orageuse sur la carte radar météorologique vers 14h23 LT. L'étoile blanche représente la position actuelle de l'équipe. Crédit illustration : Weather & Climate Toolkit - NOAA
Situation orageuse sur la carte radar météorologique vers 14h23 LT.
L'étoile blanche représente la position actuelle de l'équipe.
Crédit illustration : Weather & Climate Toolkit - NOAA
 
Lorsque nous arrivons à la hauteur de la cellule convoitée une dizaine de minutes après, cette dernière a déjà bien entamé l'autoroute I44, ce qui nous oblige à la traverser de part en part (point E sur les cartes du parcours).
 
Traversée partielle du courant descendant de l'orage supercellulaire convoité par notre équipe. Crédit photo : Samina Verhoeven
Traversée partielle du courant descendant de l'orage supercellulaire convoité par notre équipe.
 
Situation orageuse sur la carte radar météorologique vers 14h37 LT. L'étoile blanche représente la position actuelle de l'équipe. Crédit illustration : Weather & Climate Toolkit - NOAA
Situation orageuse sur la carte radar météorologique vers 14h37 LT.
L'étoile blanche représente la position actuelle de l'équipe.
Crédit illustration : Weather & Climate Toolkit - NOAA
 
Heureusement, la traversée du courant descendant de flanc avant (voire une partie de celui de flanc arrière) se fait sans encombres et nous arrivons rapidement à voir le courant ascendant de la supercellule qui s'avère déjà prometteur comme envisagé. Par contre, comme on se situe dans une zone au potentiel gréligène important, on décide de s'arrêter à la première pompe à essence que l'on voit.
 
Une fois le rideau de précipitation traversé, nous faisons face au courant ascendant de l'orage que nous avons décidé de suivre. Crédit photo : Samina Verhoeven
Une fois le rideau de précipitation traversé, nous faisons face au courant ascendant de l'orage que nous avons décidé de suivre.
 
Situation orageuse sur la carte radar météorologique vers 14h41 LT. L'étoile blanche représente la position actuelle de l'équipe. Crédit illustration : Weather & Climate Toolkit - NOAA
Situation orageuse sur la carte radar météorologique vers 14h41 LT.
L'étoile blanche représente la position actuelle de l'équipe.
Crédit illustration : Weather & Climate Toolkit - NOAA
 
Une fois positionnés sous une station proche de Chickasha vers 14h45 LT (point F sur les cartes du parcours), nous observons un ciel au contraste bien marqué, de sorte que nous avons la base sombre du courant ascendant au-dessus de nos têtes alors que l'atmosphère est limpide juste à côté ! Le vent provenant de l'ouest est fort et provoque l'émission d'un son continu à partir des roulements de petites éoliennes de décoration présentes au-dessus du magasin de la station essence. Pour notre part, on décide de rester sur notre position afin de voir si des événements gréligènes se manifesteront. Seulement, au moment venu, on dirait que seul de la petite grêle semble se présenter à nous. Pendant toute cette période, j'effectue une séquence cinématographique qui est présente dans le film 'On The Way Of Storms - L'Intégral' entre 00: 48: 18 et 00: 49: 30 et accessible via le lien suivant : 30 mai 2013 - On The Way Of Storms - L'Intégral - 02.
 
Situation orageuse sur la carte radar météorologique vers 14h46 LT. L'étoile blanche représente la position actuelle de l'équipe. Crédit illustration : Weather & Climate Toolkit - NOAA
Situation orageuse sur la carte radar météorologique vers 14h46 LT.
L'étoile blanche représente la position actuelle de l'équipe.
Crédit illustration : Weather & Climate Toolkit - NOAA
 
Transit du courant ascendant de l'orage supercellulaire par la position de notre équipe. Crédit photo : Samina Verhoeven
Transit du courant ascendant de l'orage supercellulaire par la position de notre équipe.
 
Une fois que le courant de flanc arrière de la cellule est passé, on reprend la route pour entamer une course vers l'est afin de rattraper le courant ascendant de l'orage. Heureusement pour nous, la route que nous empruntons nous permet d'aisément repasser devant ce dernier.
 
Rattrapage de l'orage via la route 39 se dirigeant vers Dibble, une région située plus à l'est. Crédit photo : Éric Dargent
Rattrapage de l'orage via la route 39 se dirigeant vers Dibble, une région située plus à l'est.
 
Une fois que le courant de flanc arrière de la cellule est passé, on reprend la route pour entamer une course vers l'est afin de rattraper le courant ascendant de l'orage. Heureusement pour nous, la route que nous empruntons nous permet d'aisément repasser devant ce dernier.
 
Positionnement de notre équipe vis-à-vis de la base du courant ascendant de l'orage actuellement suivi. Ce dernier se situe désormais au nord de notre équipe. Crédit photo : Éric Dargent
Positionnement de notre équipe vis-à-vis de la base du courant ascendant de l'orage actuellement suivi.
Ce dernier se situe désormais au nord de notre équipe.
 
À l'instar du 27 mai 2013, on observe toute une série de traqueurs d'orages positionnés le long de la route que nous empruntons actuellement soit la route 39 qui est d'ailleurs composée uniquement de bitume, ce qui favorise à la fois l'obtention d'une bonne allure en déplacement et un risque bien plus faible de subir une crevaison par rapport aux dirt roads.
 
Traqueurs d'orages positionnés le long de la route 39. Crédit photo : Samina Verhoeven
Traqueurs d'orages positionnés le long de la route 39.
 
Durant un premier arrêt s'effectuant vers 15h15 LT à l'ouest de l'agglomération de Dibble (point G sur les cartes du parcours), nous observons une belle structuration du courant ascendant et les images radars sont même particulièrement sympathiques à voir. De plus, grâce à la lenteur de l'orage, celui-ci nous permettra d'oser de nous faire dépasser légèrement par le courant ascendant, ce qui nous amènera à pouvoir réaliser pas mal de prises de vues de ce dernier durant notre parcours et sous des angles différents. D'ailleurs, une première séquence cinématographique effectuée durant cet arrêt est incluse dans le film 'On The Way Of Storms - L'Intégral' entre 00: 49: 31 et 00: 49: 40, celle-ci étant accessible via le lien suivant : 30 mai 2013 - On The Way Of Storms - L'Intégral - 03.
 
Echo en crochet visible sur la carte radar météorologique vers 15h14 LT. L'étoile blanche représente la position actuelle de l'équipe. Crédit illustration : Weather & Climate Toolkit - NOAA
Écho en crochet visible sur la carte radar météorologique vers 15h14 LT.
L'étoile blanche représente la position actuelle de l'équipe.
Crédit illustration : Weather & Climate Toolkit - NOAA
 
Courant ascendant de l'orage situé au nord-ouest de l'équipe. Crédit photo : Eric Dargent
Courant ascendant de l'orage situé au nord-ouest de l'équipe.
 
Peu après la prise de vue précédente, la base du courant ascendant transite par le point d'observation actuel. Crédit photo : Eric Dargent
Peu après la prise de vue précédente, la base du courant ascendant transite par le point d'observation actuel.
 
Après avoir repris la route, nous effectuons un second arrêt vers 15h35 LT dans une zone semblant abriter un camping ou quelque chose de ce style à l'ouest de Dibble (point H sur les cartes du parcours). À ce moment là, un nuage-mur semble s'être formé sous le courant ascendant de l'orage supercellulaire que nous suivons, cette structure pouvant être le précurseur d'un événement tourbillonnaire. De plus, une chose que je juge magnifique durant nos observations actuelles consiste en l'absence d'une brume ou de quoi que ce soit rendant ces structures peu discernables car on y voit clair comme à travers de l'eau de roche contrairement à la veille. Par contre, sur les images radars, il semble que le RFD soit plus faible que durant notre observation précédente, ce qui pourrait amenuiser la possible formation d'une tornade. Ce que nous remarquons également, c'est la présence de nombreux traqueurs d'orages qui sillonnent la même route que nous, cela créant une ambiance de chasse importante dans notre région.
 
Vue d'ensemble de la structure nuageuse composant le courant ascendant de l'orage supercellulaire qui surplombe le nuage-mur. Crédit photo : Samina Verhoeven
Vue d'ensemble de la structure nuageuse composant le courant ascendant de l'orage supercellulaire qui surplombe le nuage-mur.
 
Situation orageuse sur la carte radar météorologique vers 15h37 LT. L'étoile blanche représente la position actuelle de l'équipe. Crédit illustration : Weather & Climate Toolkit - NOAA
Situation orageuse sur la carte radar météorologique vers 15h37 LT.
L'étoile blanche représente la position actuelle de l'équipe.
Crédit illustration : Weather & Climate Toolkit - NOAA
 
Nuage-mur survolant un convoi de traqueurs de tornades. Crédit photo : Samina Verhoeven
Nuage-mur survolant un convoi de traqueurs de tornades.
 
Enfin, comme durant notre premier arrêt, nous décidons de reprendre la route dès que le courant ascendant passe au-dessus de nos têtes mais cela non sans avoir réalisé une autre séquence cinématographique de l'orage qui est incluse dans le film 'On The Way Of Storms - L'Intégral' entre 00: 49: 41 et 00: 50: 25. Celle-ci est accessible via le lien suivant : 30 mai 2013 - On The Way Of Storms - L'Intégral - 04.

Quelques kilomètres plus à l'est, à l'ouest de Purcell, nous réalisons un troisième arrêt vers 15h55 LT sur un point d'observation bien dégagé (point I sur les cartes du parcours), de sorte que l'on bénéficie d'une vue suffisamment profonde que pour se faire une bonne idée sur la structure générale de l'orage que nous suivons. Cet endroit propice aux prises de vues a également été choisi par une chaîne de télévision afin d'effectuer des images de celui-ci. Si cela se trouve, les prises de vues que j'ai vues dans le magasin où Éric a acheté son optique proviennent directement de chez eux.
 
Vue d'ensemble du courant ascendant situé à l'ouest de l'équipe avec la présence d'une chaîne de télévision en avant plan. Crédit photo : Eric Dargent
Vue d'ensemble du courant ascendant situé à l'ouest de l'équipe avec la présence d'une chaîne de télévision en avant plan.
 
Au niveau de l'orage, on note une évolution notable de son courant ascendant avec la présence de striations et une zone rotative bien définie. Seulement, le nuage-mur que nous observions précédemment semble s'être résorbé. Sur le radar de précipitation, on constate que le RFD, soit le courant descendant de flanc arrière, est moins actif, ce qui rend la détection supercellulaire plus compliquée si on utilise uniquement ce type d'instrument.
 
La structure nuageuse trahit une rotation durable du courant ascendant, celui-ci commençant même à s'accompagner d'une queue de castor à sa droite (indiquant la position du pseudo-front chaud de l'orage). Par contre, le nuage-mur s'est résorbé. Crédit photo : Samina Verhoeven
La structure nuageuse trahit une rotation durable du courant ascendant, celui-ci commençant même à s'accompagner d'une queue de castor à sa droite
(indiquant la position du pseudo-front chaud de l'orage). Par contre, le nuage-mur s'est résorbé.
 
Malgré la présence de fractus sous la base du courant ascendant, on doit conclure que le nuage-mur s'est totalement déstructuré. Crédit photo : Samina Verhoeven
Malgré la présence de fractus sous la base du courant ascendant, on doit conclure que le nuage-mur s'est totalement déstructuré.
 
L'écho en crochet a presque disparu sur la carte radar météorologique vers 16h00 LT. L'étoile blanche représente la position actuelle de l'équipe. Crédit illustration : Weather & Climate Toolkit - NOAA
L'écho en crochet a presque disparu sur la carte radar météorologique vers 16h00 LT.
L'étoile blanche représente la position actuelle de l'équipe.
Crédit illustration : Weather & Climate Toolkit - NOAA
 
Durant notre observation, une inquiétude se fait sentir pour la suite des événements car on note la présence d'un ensemble orageux qui se place vers Marlow, soit juste au sud-ouest de notre position. De fait, celui-ci pourrait bien parasiter l'évolution de l'orage que nous observons actuellement dans notre secteur. Néanmoins, nous décidons de poursuivre nos observations de la cellule en question.
 
Vue d'ensemble de la situation orageuse sur la carte radar météorologique vers 16h00 LT. L'étoile blanche représente la position actuelle de l'équipe. Crédit illustration : Weather & Climate Toolkit - NOAA
Vue d'ensemble de la situation orageuse sur la carte radar météorologique vers 16h00 LT.
L'étoile blanche représente la position actuelle de l'équipe.
Crédit illustration : Weather & Climate Toolkit - NOAA
 
Pour en revenir aux difficultés rencontrées durant l'observation d'un orage supercellulaire via un radar, on trouve la version extrême de celles-ci avec les supercellules de type LP car on peut facilement croire qu'on a affaire à une simple cellule monocellulaire sur le radar alors que nous sommes en face d'un orage supercellulaire aux structures bien abouties sur le terrain. Le tout est une question de réflectivité des précipitations. Si ces dernières ne sont pas très présentes, un simple radar à réflectivité peut facilement passer à côté de ce genre d'orage. Ce n'est qu'en utilisant certaines options liées à la présence de grêles conséquentes, à un écho des sommets nuageux ou d'autres éléments de ce genre que l'on peut contrer ce problème et deviner la présence d'une telle cellule avant que celle-ci ne produise peut-être une tornade. Cette dernière reste toutefois détectable via la simple et la double réflectivité pour peu qu'elle soit assez large et constituée par beaucoup de particules d'eau, de poussières ou de débris.

En retournant vers notre orage, il semble justement adopter une phase qui est proche du stade LP. Cela dit, on observe la formation d'une bande nuageuse à l'est du courant ascendant qui trahit l'emplacement du pseudo-front chaud de l'orage. Cette bande constituant la queue de castor est pourtant plus caractéristique des supercellules de type classique et HP, comme quoi, les orages n'entrent pas souvent dans une catégorie clairement définie. Par ailleurs, on remarque aussi la présence de fractus se faisant aspirer par la base du courant asendant de l'orage et la présence d'un vent constant allant dans sa direction. Ce sont finalement des événements qui semblent tout à fait habituels à observer lors du suivi d'un orage supercellulaire aux États-Unis.
 
Le courant ascendant semble bien structuré avec la présence de striations et d'une queue de castor. Crédit photo : Samina Verhoeven
Le courant ascendant semble bien structuré avec la présence de striations et d'une queue de castor.
 
Peu de temps après, on aperçoit ce qui ressemble au départ d'un rabaissement de sa base en direction du sol vers 16h15 LT. Sur le coup, on ne sait pas s'il s'agit de la constitution d'une bande d'afflux car la structure tend à réellement se diriger vers le sol.
 
Développement d'une zone de condensation sous la base du courant ascendant qui s'éloigne progressivement vers le nord. Crédit photo : Samina Verhoeven
Développement d'une zone de condensation sous la base du courant ascendant qui s'éloigne progressivement vers le nord.
 
Reformation d'un écho en crochet sur la carte radar météorologique vers 16h18 LT. L'étoile blanche représente la position actuelle de l'équipe. Crédit illustration : Weather & Climate Toolkit - NOAA
Reformation d'un écho en crochet sur la carte radar météorologique vers 16h18 LT.
L'étoile blanche représente la position actuelle de l'équipe.
Crédit illustration : Weather & Climate Toolkit - NOAA
 
Cinq minutes après, on doit conclure qu'il s'agit d'une reformation du nuage-mur de l'orage, ce qui nous conduit à songer à reprendre la route pour s'en rapprocher si on veut avoir la chance d'observer l'occurrence d'une tornade de près. Les images radars ne sont toujours pas très marquantes mis à part le début d'un ré-enroulement du RFD autour du courant ascendant de l'orage. Tout au long de la durée de cet arrêt, j'ai bien évidemment effectué une autre séquence cinématographique qui résume ce que je viens de décrire. Incluse dans le film 'On The Way Of Storms - L'Intégral' entre 00: 50: 26 et 00: 52: 07, celle-ci est accessible via le lien suivant : 30 mai 2013 - On The Way Of Storms - L'Intégral - 05.
 
Cinq minutes après le phénomène de condensation sous le courant ascendant, nous concluons qu'il s'agit d'une re-formation du nuage-mur de l'orage supercellulaire. Crédit photo : Samina Verhoeven
Cinq minutes après le phénomène de condensation sous le courant ascendant, nous concluons qu'il s'agit d'une re-formation du nuage-mur de l'orage supercellulaire.
 
Une fois sur la route, on roule vers l'est, en direction de Purcell jusqu'au moment où l'on peut apercevoir la base du nuage-mur, celle-ci ayant été masquée par la présence d'une légère colline jusqu'ici lors de notre observation précédente. Ainsi, vers 16h25 LT, depuis un nouveau point d'arrêt (point J sur les cartes du parcours), on constate que la base du nuage-mur est basse, de plus, le RFD semble s'enrouler davantage autour de celui-ci sans pour autant être marquant.
 
Situation orageuse sur la carte radar météorologique vers 16h23 LT. L'étoile blanche représente la position actuelle de l'équipe. Crédit illustration : Weather & Climate Toolkit - NOAA
Situation orageuse sur la carte radar météorologique vers 16h23 LT.
L'étoile blanche représente la position actuelle de l'équipe.
Crédit illustration : Weather & Climate Toolkit - NOAA
 
Le RFD s'enroulant autour du courant ascendant associé à la descente du nuage-mur nous amène à croire qu'une tornade pourra prochainement se former. Crédit photo : Samina Verhoeven
Le RFD s'enroulant autour du courant ascendant associé à la descente du nuage-mur
nous amène à croire qu'une tornade pourra prochainement se former.
 
En outre, sur la carte radar à double réflectivité, nous observons une rotation durable, ce qui peut être prometteur pour la suite. Par contre, l'ensemble orageux situé plus au sud semble toujours évoluer et prend davantage de place en se déplaçant vers l'est, ce qui n'est pas très bon signe pour notre orage qui risque bientôt d'être étouffé en étant privé de son arrivée d'air chaud par ce système.
 
Une zone de rotation est visible (intersection rouge et verte au sud-ouest de la cellule) vers 16h23 LT. L'étoile blanche représente la position actuelle de l'équipe. Crédit illustration : Weather & Climate Toolkit - NOAA
Une zone de rotation est visible (intersection rouge et verte au sud-ouest de la cellule) vers 16h23 LT.
L'étoile blanche représente la position actuelle de l'équipe.
Crédit illustration : Weather & Climate Toolkit - NOAA
 
Echo en crochet sur la carte radar météorologique vers 16h23 LT. L'étoile blanche représente la position actuelle de l'équipe. Crédit illustration : Weather & Climate Toolkit - NOAA
Écho en crochet sur la carte radar météorologique vers 16h23 LT.
L'étoile blanche représente la position actuelle de l'équipe.
Crédit illustration : Weather & Climate Toolkit - NOAA
 
Vue d'ensemble de la situation orageuse sur la carte radar météorologique vers 16h23 LT. L'étoile blanche représente la position actuelle de l'équipe. Crédit illustration : Weather & Climate Toolkit - NOAA
Vue d'ensemble de la situation orageuse sur la carte radar météorologique vers 16h23 LT.
L'étoile blanche représente la position actuelle de l'équipe.
Crédit illustration : Weather & Climate Toolkit - NOAA
 
Vers 16h35 LT, on reprend à nouveau la route et pour un plus long laps de temps cette fois-ci afin de nous rapprocher sensiblement de la base du courant ascendant. De fait, nous avons laissé l'orage s'éloigner suffisamment que pour devoir le rattraper sur une bonne portion de route. Durant notre parcours, on aperçoit des groupes d'observateurs dont certains usent de moyens pour le moins radicaux pour améliorer leur champ de vision.
 
Groupe d'observateurs utilisant leur véhicule pour obtenir un meilleur champ de vision sur l'orage en cours. Crédit photo : Samina Verhoeven
Groupe d'observateurs utilisant leur véhicule pour obtenir un meilleur champ de vision sur l'orage en cours.
 
Nous concernant, nous faisons route vers l'est en transitant par la ville de Purcell où l'on ne possède malheureusement plus une vue dégagée sur l'orage que nous suivons. Heureusement, lors du passage par un pont, nous revoyons la base du courant ascendant de la cellule (point K sur les cartes du parcours). Cette structure nous amène vers la ville de Lexington que nous nous apprêtons à traverser.
 
Prise de vue du nuage-mur au moment du passage sur un pont en direction de Lexington. Crédit photo : Eric Dargent
Prise de vue du nuage-mur au moment du passage sur un pont en direction de Lexington.
 
Une fois à l'est de la ville, on bifurque vers le nord où l'on obtient une vue directe vers le courant ascendant qui semble se déstructurer à notre plus grand désaroi (point L sur les cartes du parcours). Bon, compte tenu de l'effet périodique de cet orage qui semble se structurer, déstructurer et restructurer, on décide quand même de continuer à le suivre surtout que l'orage, qui doit probablement le parasiter, est parfaitement ralliable si jamais on doit laisser notre supercellule actuelle de côté. De ce fait, on ne risque pas de louper quoi que ce soit ailleurs pour le moment surtout que le système orageux positionné au sud-ouest de notre région ne développe rien de particulier.
 
Déstructuration de la base du courant ascendant lors de la remontée de notre équipe vers le nord. Crédit photo : Eric Dargent
Déstructuration de la base du courant ascendant lors de la remontée de notre équipe vers le nord.
 
Arrivé à un point de vue vers 16h50 LT (point M sur les cartes du parcours), on doit se résigner à confirmer la déstructuration générale de l'orage que nous observions. D'autres traqueurs sont tout de même toujours motivés de poursuivre la chasse en voulant se diriger un peu plus vers le nord-est, à proximité du courant ascendant. Pour notre part, on réalise quelques photographies de l'orage mais Samina commence à songer à établir un parcours pour rallier la cellule du sud-ouest.
 
Déstructuration progressive de la base du courant ascendant de l'orage supercellulaire observé actuellement. Crédit photo : Samina Verhoeven
Déstructuration progressive de la base du courant ascendant de l'orage supercellulaire observé actuellement.
 
Situation orageuse sur la carte radar météorologique vers 16h50 LT. L'étoile blanche représente la position actuelle de l'équipe. Crédit illustration : Weather & Climate Toolkit - NOAA
Situation orageuse sur la carte radar météorologique vers 16h50 LT.
L'étoile blanche représente la position actuelle de l'équipe.
Crédit illustration : Weather & Climate Toolkit - NOAA
 
Vue d'ensemble de la situation orageuse sur la carte radar météorologique vers 16h50 LT. L'étoile blanche représente la position actuelle de l'équipe. Crédit illustration : Weather & Climate Toolkit - NOAA
Vue d'ensemble de la situation orageuse sur la carte radar météorologique vers 16h50 LT.
L'étoile blanche représente la position actuelle de l'équipe.
Crédit illustration : Weather & Climate Toolkit - NOAA
 
Cela dit, afin de ne pas sembler laisser passer l'orage supercellulaire actuel dès que celui-ci daigne à s'affaiblir, on reprend la route en direction de sa base tout en le surveillant sur les radars. Cela nous conduit à terminer dans une zone forestière vers 17h25 LT (point N sur les cartes du parcours) pour confirmer la dissipation de cet orage. Bref, la situation n'est pas si grave car même si ce dernier nous a conduit dans une zone boisée pour rien, nous aurons tout de même eu droit au suivi de belles structures nuageuses du courant ascendant, un peu à la manière du 27 mai 2013.
 
Démantèlement de l'orage supercellulaire suivi par notre équipe sous le regard d'un observateur. Crédit photo : Samina Verhoeven
Démantèlement de l'orage supercellulaire suivi par notre équipe sous le regard d'un observateur.
 
Même si on s'attendait à en retirer davantage, cette supercellule est finalement un exemple pour prouver que seule une sur six produit un phénomène tourbillonnaire. Les prises de vues de ce jour sont donc un bel exemple à mettre dans le film "On The Way Of Storms" pour signaler le fait que toutes les supercellules ne donnent pas une tornade aux USA. Qui plus est, on en était pas loin avec cet orage et en discutant avec quelques traqueurs américains, on voit combien ceux-ci étaient quasiment persuadés qu'une tornade allait surgir. Comme quoi, même si près du but, tout peut tomber à l'eau.
 
Dissipation de l'orage observé sur la carte radar météorologique vers 17h27 LT. L'étoile blanche représente la position actuelle de l'équipe. Crédit illustration : Weather & Climate Toolkit - NOAA
Dissipation de l'orage observé sur la carte radar météorologique vers 17h27 LT.
L'étoile blanche représente la position actuelle de l'équipe.
Crédit illustration : Weather & Climate Toolkit - NOAA
 
Cela dit, sur les radars, il semble que tout ne soit pas fini pour aujourd'hui car, comme dit précédemment, on observe des cellules bien opérationnelles au sud-ouest de notre position, celles-ci n'étant autres que deux supercellules côte à côte et ayant chacune une rotation significative en ce moment ! On s'active donc à nous rendre à leur rencontre en ayant pour objectif de nous laisser faire traverser par l'intersection du courant ascendant et descendant de la plus vigoureuse d'entre elles.
 
Situation orageuse générale vue sur la carte radar météorologique vers 17h27 LT. L'étoile blanche représente la position actuelle de l'équipe. Crédit illustration : Weather & Climate Toolkit - NOAA
Situation orageuse générale vue sur la carte radar météorologique vers 17h27 LT.
L'étoile blanche représente la position actuelle de l'équipe.
Crédit illustration : Weather & Climate Toolkit - NOAA
 
Situation orageuse près de Marlow vue sur la carte radar météorologique vers 17h27 LT. L'étoile blanche représente la position actuelle de l'équipe. Crédit illustration : Weather & Climate Toolkit - NOAA
Situation orageuse près de Marlow vue sur la carte radar météorologique vers 17h27 LT.
L'étoile blanche représente la position actuelle de l'équipe.
Crédit illustration : Weather & Climate Toolkit - NOAA
 
On cherche donc à croiser la zone appelée communément 'la cage de l'ours' en raison des nombreux phénomènes violents qui peuvent en surgir. Ce changement d'objectif par rapport à la simple observation de ce qui se produit sous la base du courant ascendant vient du fait que l'on a pas encore immortalisé la furie des éléments qui se produisent dans la zone en question et c'est donc une bonne occasion pour nous d'immortaliser quelques séquences d'intenses précipitations de pluie et de grêle qui se présenteraient.

Durant notre route vers le sud cette fois, on s'arrête au nord de l'agglomération de Stratford vers 18h00 LT (point O sur les cartes du parcours) pour immortaliser les mammatus produits par la cellule que nous convoitons. À ce moment là, l'ensemble orageux a denouveau changé de forme et on pense qu'il n'existe maintenant plus qu'une seule et grande supercellule. On commence dès lors à constater que rien ne semble très stable au niveau des structures dans le temps et l'espace durant cette journée. Pourtant, le SPC parlait de supercellules à longue durée de vie et pouvant supporter de fortes tornades mais on commence à se demander si cela aura réellement été le cas.
 
Ensemble de mammatus s'étant développés sous l'enclume de l'orage choisi comme nouvel objectif. Crédit photo : Samina Verhoeven
Ensemble de mammatus s'étant développés sous l'enclume de l'orage choisi comme nouvel objectif.
 
Situation orageuse générale sur la carte radar météorologique vers 17h59 LT. L'étoile blanche représente la position actuelle de l'équipe. Crédit illustration : Weather & Climate Toolkit - NOAA
Situation orageuse générale sur la carte radar météorologique vers 17h59 LT.
L'étoile blanche représente la position actuelle de l'équipe.
Crédit illustration : Weather & Climate Toolkit - NOAA
 
Enfin, une fois la route ré-entamée, on poursuit notre chemin jusqu'à arriver dans la région de l'aéroport d'Ardmore vers 18h30 LT (point P sur les cartes du parcours) où l'on se positionne vis-à-vis de la cellule qui semble être au top d'après les images radars, on s'active donc à transformer la voiture en mode "traversée des orages" en déménageant le coffre et en s'y installant, prêt à tourner.
 
Situation orageuse générale sur la carte radar météorologique vers 18h36 LT. L'étoile blanche représente la position actuelle de l'équipe. Crédit illustration : Weather & Climate Toolkit - NOAA
Situation orageuse générale sur la carte radar météorologique vers 18h36 LT.
L'étoile blanche représente la position actuelle de l'équipe.
Crédit illustration : Weather & Climate Toolkit - NOAA
 
Situation orageuse sur la carte radar météorologique vers 18h36 LT. L'étoile blanche représente la position actuelle de l'équipe. Crédit illustration : Weather & Climate Toolkit - NOAA
Situation orageuse sur la carte radar météorologique vers 18h36 LT.
L'étoile blanche représente la position actuelle de l'équipe.
Crédit illustration : Weather & Climate Toolkit - NOAA
 
Une demi-heure plus tard, le scepticisme prend place au sein de notre équipe car l'orage attendu semble perdre de la vigueur au fur et à mesure que celui-ci se rapproche. Cela dit, les caractéristiques supercellulaires semblent toutefois se maintenir et on se dit qu'on assiste peut-être qu'à un affaissement temporaire.
 
Affaiblissement de l'orage sur la carte radar météorologique vers 19h03 LT. L'étoile blanche représente la position actuelle de l'équipe. Crédit illustration : Weather & Climate Toolkit - NOAA
Affaiblissement de l'orage sur la carte radar météorologique vers 19h03 LT.
L'étoile blanche représente la position actuelle de l'équipe.
Crédit illustration : Weather & Climate Toolkit - NOAA
 
Seulement, comble du comble, une fois que l'on est prêt à accueillir le déchaînement des éléments, ce qui devait être notamment un courant descendant d'enfer sur notre point d'observation, il y a une heure, devient tout juste une gentille pluie de fin de journée vers 19h30 LT... He oui, la superbe image radar que vous avez vue un peu plus haut n'est plus car, aussi étrange que cela puisse paraître, la cellule semble s'être magnifiquement volatilisée ! En fin de compte, on finit même par se se demander si on aura droit à un peu de chance après avoir intercepté la tornade de Bennington tant les événements qui ont suivi ne semblent pas vouloir jouer en notre faveur !
 
Dissipation de l'orage sur la carte radar météorologique vers 19h36 LT. L'étoile blanche représente la position actuelle de l'équipe. Crédit illustration : Weather & Climate Toolkit - NOAA
Dissipation de l'orage sur la carte radar météorologique vers 19h36 LT.
L'étoile blanche représente la position actuelle de l'équipe.
Crédit illustration : Weather & Climate Toolkit - NOAA
 
Alors que nous faisons face à une cellule en pleine dissipation, Samina remarque la présence d'un système assez peu mobile agir plus au nord. Celui-ci semblant présenter un aspect supercellulaire nous fait tendre à le rejoindre afin de voir cela depuis le terrain. Deux autres cellules sont également présentes au sud mais celles-ci ne semblent pas très prometteuses. De plus, la zone orageuse convoitée est plus décalée vers l'ouest par rapport aux autres cellules convectives, ce qui rend son interception plus évidente, le but étant de nous positionner à l'avant de ce dernier.
 
Vue d'ensemble de la situation orageuse sur la carte radar météorologique vers 19h36 LT. L'étoile blanche représente la position actuelle de l'équipe. Crédit illustration : Weather & Climate Toolkit - NOAA
Vue d'ensemble de la situation orageuse sur la carte radar météorologique vers 19h36 LT.
L'étoile blanche représente la position actuelle de l'équipe.
Crédit illustration : Weather & Climate Toolkit - NOAA
 
Situation orageuse vers Wynnewood sur la carte radar météorologique vers 19h36 LT. L'étoile blanche représente la position actuelle de l'équipe. Crédit illustration : Weather & Climate Toolkit - NOAA
Situation orageuse vers Wynnewood sur la carte radar météorologique vers 19h36 LT.
L'étoile blanche représente la position actuelle de l'équipe.
Crédit illustration : Weather & Climate Toolkit - NOAA
 
Autant dire tout de suite que nous n'espérons plus connaître grand chose en cette fin de journée et que le but restera surtout d'obtenir quelques structures de soirées pendant le coucher du soleil avant de reprendre la route vers un motel. De fait, vu la tournure des événements de la journée, on préfère ne pas trop en demander... Durant notre parcours, nous traversons ce qui reste de la cellule que nous attendions vers 19h45 LT (point Q sur les cartes du parcours). Cela rend le ciel assez diffus et ne nous permet donc pas de voir ce qu'il y a au-delà des précipitations.
 
Traversée partielle des précipitations résiduelles de l'orage précédemment attendu par notre équipe. Crédit photo : Eric Dargent
Traversée partielle des précipitations résiduelles de l'orage précédemment attendu par notre équipe.
 
Seulement, quelques minutes après, on finit par sortir de ces faibles précipitations pour nous retrouver sur le flanc sud du système convoité (point R sur les cartes du parcours). De prime abord, cela s'annonce pas trop mal avec la présence de structures nuageuses que l'on a l'habitude de voir autour du courant ascendant des orages supercellulaires. Sur le radar, les images qui nous parviennent restent d'ailleurs engageantes.
 
Apparition des premières structures nuageuses appartenant au système orageux choisi comme nouvel objectif. Crédit photo : Eric Dargent
Apparition des premières structures nuageuses appartenant au système orageux choisi comme nouvel objectif.
 
Situation orageuse sur la carte radar météorologique vers 19h49 LT. L'étoile blanche représente la position actuelle de l'équipe. Crédit illustration : Weather & Climate Toolkit - NOAA
Situation orageuse sur la carte radar météorologique vers 19h49 LT.
L'étoile blanche représente la position actuelle de l'équipe.
Crédit illustration : Weather & Climate Toolkit - NOAA
 
Enfin, une fois arrivé dans la région de Sulphur où l'on déniche d'ailleurs un beau point de vue vers 20h12 LT (point S sur les cartes du parcours), on fait face à un système qui a apparemment décliné vers une phase apparemment multicellulaire. En effet, l'orage supercellulaire s'est déstructuré... Ce qui est confirmé par le radar car on remarque que l'orage supercellulaire visé n'est même plus présent sur le radar ce qui semble confirmer la faible chance qui nous guette en ce 30 mai 2013. Qu'à cela ne tienne, on se fait surprendre par de très beaux cieux et vraiment engageant, ce qui nous convient vu l'objectif que nous avions avant de nous rendre dans cette région. De plus, quelques traces de structures supercellulaires restent encore présentes vu la manière dont les précipitations se répartissent sur l'image radar.
 
Situation orageuse sur la carte radar météorologique vers 20h12 LT. L'étoile blanche représente la position actuelle de l'équipe. Crédit illustration : Weather & Climate Toolkit - NOAA
Situation orageuse sur la carte radar météorologique vers 20h12 LT.
L'étoile blanche représente la position actuelle de l'équipe.
Crédit illustration : Weather & Climate Toolkit - NOAA
 
État du ciel lors de l'arrivée de notre équipe au point d'observation de Sulphur. Crédit photo : Samina Verhoeven
État du ciel lors de l'arrivée de notre équipe au point d'observation de Sulphur.
 
Seulement, durant notre observation du système qui s'approche, on remarque que les structures nuageuses se développent au fur et à mesure que le temps défile. On se tient tous les trois avec nos appareils immortalisant chaque instant clé des événements qui se produisent jusqu'à nous demander si l'arcus bordant les précipitations ne serait pas entrain de trahir une restructuration du système en une phase supercellulaire à force de se décaler vers le sud.

Vers 20h25 LT, en regardant une nouvelle image radar, on doit se tenir à l'évidence que nous assistons visiblement à un sacré revirement de situation car le ciel semble terriblement jouer en notre faveur tout d'un coup. En effet, une nouvelle supercellule s'est formée en l'espace d'un quart d'heure et le coeur de son courant ascendant en plein développement se dirige droit sur notre position ! De même, des coups de foudre souvent positifs frappent le sol autour de ce dernier... Autant dire que l'on a du mal à s'immerger dans cette situation si surprenante mais l'état du ciel est là pour nous y aider !
 
Développement supercellulaire vu sur la carte radar météorologique vers 20h26 LT. L'étoile blanche représente la position actuelle de l'équipe. Crédit illustration : Weather & Climate Toolkit - NOAA
Développement supercellulaire vu sur la carte radar météorologique vers 20h26 LT.
L'étoile blanche représente la position actuelle de l'équipe.
Crédit illustration : Weather & Climate Toolkit - NOAA
 
Je décide donc d'entreprendre un timelapse pendant que Samina et Éric réalisent leur shooting photo. Au fur et à mesure que le temps passe, le développement devient réellement marquant si bien que nous arrivons assez vite au stade dubitatif qui nous laisse dire : "Nous n'avons peut-être encore rien vu aujourd'hui !" Car vu comment les structures se développent, on commence à faire face à un véritable 'Mothership' bordé de couleurs somptueuses allant vers le jaunâtre, le verdâtre ou encore l'oranger, le tout arrosé d'éclairs internuageux et de coups de foudre réguliers vers 20h35 LT... Et que dire aussi de la rotation parfaitement perceptible du courant ascendant...
 
Mise en place d'un courant ascendant rotatif accompagné de coups de foudre positifs. Crédit photo : Samina Verhoeven
Mise en place d'un courant ascendant rotatif accompagné de coups de foudre positifs.
 
Formation d'un écho en crochet structuré sur la carte radar météorologique vers 20h35 LT. L'étoile blanche représente la position actuelle de l'équipe. Crédit illustration : Weather & Climate Toolkit - NOAA
Formation d'un écho en crochet structuré sur la carte radar météorologique vers 20h35 LT.
L'étoile blanche représente la position actuelle de l'équipe.
Crédit illustration : Weather & Climate Toolkit - NOAA
 
Présence d'une franche zone de rotation sur la carte radar météorologique vers 20h35 LT. L'étoile blanche représente la position actuelle de l'équipe. Crédit illustration : Weather & Climate Toolkit - NOAA
Présence d'une franche zone de rotation sur la carte radar météorologique vers 20h35 LT.
L'étoile blanche représente la position actuelle de l'équipe.
Crédit illustration : Weather & Climate Toolkit - NOAA
 
Un seul mot vient à l'esprit, c'est "ma-gni-fi-que", voilà donc un véritable cadeau du ciel après avoir essuyé quelques déboires durant la journée. Devant cette rencontre inattendue, on fait tout pour rester un maximum de temps sur place mais le côté dantesque allié à l'obscurité qui commence à se faire sentir nous amènera d'ici peu à aller nous abriter car la grêle semble réellement vouloir nous aborder avec le rapprochement progressif d'un ciel bien vert. Et cela sans parler du rapprochement du coeur de la zone de rotation qui arrive aussi. En d'autres termes, il faut que l'on travaille vite et bien sur cette situation. Concernant les prises de vues, celles-ci composent une scène qui est incluse dans le film 'On The Way Of Storms - L'Intégral' entre 01: 16: 18 et 01: 20: 00 qui est accessible via le lien suivant : 30 mai 2013 - On The Way Of Storms - L'Intégral - 06.
 
Courant ascendant particulièrement structuré progressant en direction du point de vue. Crédit photo : Samina Verhoeven
Courant ascendant particulièrement structuré progressant en direction du point de vue.
 
Situation orageuse sur la carte radar météorologique vers 20h40 LT. L'étoile blanche représente la position actuelle de l'équipe. Crédit illustration : Weather & Climate Toolkit - NOAA
Situation orageuse sur la carte radar météorologique vers 20h40 LT.
L'étoile blanche représente la position actuelle de l'équipe.
Crédit illustration : Weather & Climate Toolkit - NOAA
 
Rotation évidente sur la carte radar météorologique vers 20h40 LT. L'étoile blanche représente la position actuelle de l'équipe. Crédit illustration : Weather & Climate Toolkit - NOAA
Rotation évidente sur la carte radar météorologique vers 20h40 LT.
L'étoile blanche représente la position actuelle de l'équipe.
Crédit illustration : Weather & Climate Toolkit - NOAA
 
Aux alentours de 20h42 LT, nous faisons face à un orage supercellulaire arrivé au paroxisme de son développement. L'atmosphère est unique, le tout baignant dans des couleurs aussi majestueuses qu'inquiétantes. Nous remarquons que notre positionnement vis-à-vis de l'orage est juste parfait. Cela si bien que si une tornade devait venir à se former, on pourrait la voir se développer directement dans notre région, ce qui rajoute une sérieuse prise de conscience sur le fait qu'on ne doit pas s'éterniser dans la région actuelle.
 
Coeur de la zone rotative de l'orage supercellulaire observé. Crédit photo : Samina Verhoeven
Coeur de la zone rotative de l'orage supercellulaire observé.
 
Le courant ascendant développe un collier qui s'avère être une structure assez rare à observer. Crédit photo : Samina Verhoeven
Le courant ascendant développe un collier qui s'avère être une structure assez rare à observer.
 
Quelques minutes plus tard, vers 20h45 LT, le courant ascendant en pleine rotation s'apprête à passer par notre point de vue. Durant cette période, on peut aisément se rendre compte de l'épaisseur importante que peut développer la colonne ascendante d'un orage supercellulaire. D'après le radar à double réflectivité, nous sommes toujours sur le trajet du point centrale de la rotation derrière laquelle agit la grêle de gros calibre. C'est aussi à ce moment là que l'on passe littéralement du jour à la nuit en quelque instant tant la lumière ambiante baisse au passage de l'orage.
 
Arrivée de la zone centrale de la rotation dans le secteur de notre équipe. Crédit photo : Samina Verhoeven
Arrivée de la zone centrale de la rotation dans le secteur de notre équipe.
 
Lors du passage de la colonne nuageuse composant le courant ascendant, une brusque baisse de la luminosité se fait sentir. Crédit photo : Samina Verhoeven
Lors du passage de la colonne nuageuse composant le courant ascendant, une brusque baisse de la luminosité se fait sentir.
 
Situation orageuse sur la carte radar météorologique vers 20h45 LT. L'étoile blanche représente la position actuelle de l'équipe. Crédit illustration : Weather & Climate Toolkit - NOAA
Situation orageuse sur la carte radar météorologique vers 20h45 LT.
L'étoile blanche représente la position actuelle de l'équipe.
Crédit illustration : Weather & Climate Toolkit - NOAA
 
Zone rotative transitant par le point d'observation de notre équipe sur la carte radar météorologique vers 20h45 LT. L'étoile blanche représente la position actuelle de l'équipe. Crédit illustration : Weather & Climate Toolkit - NOAA
Zone rotative transitant par le point d'observation de notre équipe sur la carte radar météorologique vers 20h45 LT.
L'étoile blanche représente la position actuelle de l'équipe.
Crédit illustration : Weather & Climate Toolkit - NOAA
 
Dès que quelques gouttes commencent à tomber vers 20h50 LT, nous nous mettons en route pour rejoindre la ville de Sulphur située tout juste au sud-est de notre position actuelle. On aurait vraiment voulu rester sur place mais l'obscurité naissante alliée au risque de tornade et de grêlons géants dans notre région nous amène à sagement nous replier.
 
Base du courant ascendant de l'orage supercellulaire transitant actuellement dans la région. Crédit photo : Samina Verhoeven
Base du courant ascendant de l'orage supercellulaire transitant actuellement dans la région.
 
Situation pluvieuse sur la carte radar météorologique vers 20h49 LT. L'étoile blanche représente la position actuelle de l'équipe. Crédit illustration : Weather & Climate Toolkit - NOAA
Situation pluvieuse sur la carte radar météorologique vers 20h49 LT.
L'étoile blanche représente la position actuelle de l'équipe.
Crédit illustration : Weather & Climate Toolkit - NOAA
 
Pendant notre route, on décide de prendre la zone occidentale de l'agglomération de Sulphur pour cible car on devrait y trouver facilement de quoi protéger la voiture de la grêle si elle passe par là tout en ayant l'opportunité de poursuivre notre séance de prises de vues.

Une fois arrivé sous une station service vers 21h00 LT (point T sur les cartes du parcours) dans le but de protéger la voiture, une ambiance d'enfer se dessine autour de nous avec de nombreux éclairs internuageux, des coups de foudre au sol et de puissants flashs dans le ciel. Seulement, le crochet de l'orage supercellulaire s'est entre-temps refermé et on ne doit plus craindre quoi que ce soit de tornadique à l'heure actuelle puisque la cellule s'évacue vers l'est-nord-est de notre position. Par contre, il reste toujours une zone de précipitations située un peu plus au nord-ouest qui pourraient bien venir nous affecter un peu plus tard.
 
Coup de foudre associé à l'orage supercellulaire évacuant la zone par l'est-nord-est. Crédit photo : Samina Verhoeven
Coup de foudre associé à l'orage supercellulaire évacuant la zone par l'est-nord-est.
 
Situation orageuse sur la carte radar météorologique vers 21h03 LT. L'étoile blanche représente la position actuelle de l'équipe. Crédit illustration : Weather & Climate Toolkit - NOAA
Situation orageuse sur la carte radar météorologique vers 21h03 LT.
L'étoile blanche représente la position actuelle de l'équipe.
Crédit illustration : Weather & Climate Toolkit - NOAA
 
Alors que nous sommes occupés à immortaliser l'activité électrique qui se manifeste au nord de notre région vers 21h10 LT, on remarque qu'une autre zone foudroyante bien plus proche de nous arrive à grands pas dans notre direction par l'ouest. En jetant un coup d'oeil sur le radar, nous nous rendons compte que c'est le crochet d'une nouvelle supercellule qui se dirige vers nous... Cette cellule s'est probablement formée à partir de la zone de précipitations précédemment mentionnée. C'est alors que le déchaînement électrique prend encore plus d'ampleur, ce qui a le don d'absolument pas nous rassurer.
 
Coup de foudre associé à un nouvel orage supercellulaire s'apprêtant à transiter dans la région actuelle. Crédit photo : Éric Dargent
Coup de foudre associé à un nouvel orage supercellulaire s'apprêtant à transiter dans la région actuelle.
 
Formation d'un nouvel écho en crochet sur la carte radar météorologique vers 21h16 LT. L'étoile blanche représente la position actuelle de l'équipe. Crédit illustration : Weather & Climate Toolkit - NOAA
Formation d'un nouvel écho en crochet sur la carte radar météorologique vers 21h16 LT.
L'étoile blanche représente la position actuelle de l'équipe.
Crédit illustration : Weather & Climate Toolkit - NOAA
 
Double coup de foudre frappant la région immédiate de Sulphur. Crédit photo : Samina Verhoeven
Double coup de foudre frappant la région immédiate de Sulphur.
 
Vers 21h25 LT, on voit le courant descendant de flanc arrière de la nouvelle supercellule arriver dans notre région, ce qui nous pousse à nous abriter sous la station essence où se situe notre véhicule après avoir réalisé quelques dernières prises de vues. Via le radar, on remarque que le crochet de l'orage supercellulaire semble se refermer dans la région que nous occupons mais, heureusement pour nous, aucune tornade ne semble présente pour l'heure bien que la rotation du système orageux est évidente. Concernant les images vidéos capturées, celles-ci font globalement partie de la scène d'introduction du film 'On The Way Of Storms - L'Intégral' entre 00: 00: 54 et 00: 02: 38. qui est accessible via le lien suivant : 30 mai 2013 - On The Way Of Storms - L'Intégral - 07.
 
Coup de foudre mettant l'arrivée du RFD de la nouvelle supercellule par l'ouest (à gauche) en évidence. Crédit photo : Samina Verhoeven
Coup de foudre mettant l'arrivée du RFD de la nouvelle supercellule par l'ouest (à gauche) en évidence.
 
Situation orageuse sur la carte radar météorologique vers 21h26 LT. L'étoile blanche représente la position actuelle de l'équipe. Crédit illustration : Weather & Climate Toolkit - NOAA
Situation orageuse sur la carte radar météorologique vers 21h26 LT.
L'étoile blanche représente la position actuelle de l'équipe.
Crédit illustration : Weather & Climate Toolkit - NOAA
 
Durant nos observations depuis la station essence, des traqueurs d'orages nous préviennent qu'une tornade est probablement posée juste au nord de notre position ! Comme quoi, le potentiel est confirmé apparemment. Mais comme nous sommes à présent en pleine nuit, nous ne sommes que moyennement motivés de la traquer car les conditions de visibilités sont aussi précaires qu'il est dangereux de faire ce genre de traque en pleine nuit !
 
Situation orageuse sur la carte radar météorologique vers 21h43 LT. L'étoile blanche représente la position actuelle de l'équipe. Crédit illustration : Weather & Climate Toolkit - NOAA
Situation orageuse sur la carte radar météorologique vers 21h43 LT.
L'étoile blanche représente la position actuelle de l'équipe.
Crédit illustration : Weather & Climate Toolkit - NOAA
 
Finalement, vers 21h45 LT, après avoir encore vécu la chute de quelques beaux coups de foudre, on décide de se diriger vers notre point de vue où nous avions observé l'arrivée de la première supercellule de la région (point S sur les cartes du parcours). Une fois dans la région peu avant 22h00 LT, nous pouvons observer pas mal d'activité électrique vers l'est, une activité telle qu'elle nous aura même fait découvrir ce qui ressemble à notre première tornade nocturne, une fois les photographies traitées, alors que nous n'en avons pas conscience au moment de la prise de vue... Comme quoi, il est vraiment dangereux de traquer ces phénomènes lorsque le soleil est couché.
 
Probable tornade nocturne sévissant en direction de l'est par rapport au positionnement de notre équipe. Crédit photo : Samina Verhoeven
Probable tornade nocturne sévissant en direction de l'est par rapport au positionnement de notre équipe.
 
Enfin, à ce jour, rien n'est confirmé car non seulement aucun rapport du SPC ne mentionne la présence de ce tourbillon dans cette région mais les archives radars n'ont également pas mis de rotation évidente en avant dans le secteur durant le passage de cette structure. En tous cas, pour sûr, ce phénomène est clairement visible et stable pendant près de 5 minutes surtout que celui-ci se situe sous le courant ascendant de la cellule en évacuation. La nature exate du phénomène reste donc toujours une énigme à l'heure de la rédaction de ce récit.
 
Situation orageuse sur la carte radar météorologique vers 21h57 LT. L'étoile blanche représente la position actuelle de l'équipe. Crédit illustration : Weather & Climate Toolkit - NOAA
Situation orageuse sur la carte radar météorologique vers 21h57 LT.
L'étoile blanche représente la position actuelle de l'équipe.
Crédit illustration : Weather & Climate Toolkit - NOAA
 
Rotation peu ou pas perceptible sur la carte radar météorologique vers 21h57 LT. L'étoile blanche représente la position actuelle de l'équipe. Crédit illustration : Weather & Climate Toolkit - NOAA
Rotation peu ou pas perceptible sur la carte radar météorologique vers 21h57 LT.
L'étoile blanche représente la position actuelle de l'équipe.
Crédit illustration : Weather & Climate Toolkit - NOAA
 
Durant l'évacuation de la cellule ayant généré la probable tornade, une autre cellule entre en phase de maturité au nord-est de notre position. Beaucoup plus modeste que les autres structures, celle-ci annonce la fin des événements pour cette journée en nous offrant quelques beaux coups de foudre dont certains illuminent l'ensemble de la structure orageuse observée.
 
Situation orageuse générale vue sur la carte radar météorologique vers 22h18 LT. L'étoile blanche représente la position actuelle de l'équipe. Crédit illustration : Weather & Climate Toolkit - NOAA
Situation orageuse générale vue sur la carte radar météorologique vers 22h18 LT.
L'étoile blanche représente la position actuelle de l'équipe.
Crédit illustration : Weather & Climate Toolkit - NOAA
 
Coup de foudre intense illuminant l'ensemble de la structure orageuse l'ayant engendré. Crédit photo : Samina Verhoeven
Coup de foudre intense illuminant l'ensemble de la structure orageuse l'ayant engendré..
 
Vers 22h30 LT, une fois l'observation des derniers orages terminés, nous nous rendons vers le nord, au sein d'Oklahoma City, pour y trouver un motel après avoir effectué 665 kilomètres de parcours durant cette journée. Le choix d'Oklahoma City comme zone de logement vient du fait que la journée du 31 mai 2013 nous réserve pas mal d'activités pour cette même région qui est d'ailleurs déjà placée en "moderate risk" par le SPC, de quoi promettre de nouvelles aventures.

Une fois sur place vers 00h40 LT (point U sur les cartes du parcours), toutes nos affaires débarquées de la voitures et les images copiées sur nos disques durs, je consulte curieusement le rapport du Storm Prediction Center de ce jour. Si dans celui-ci figure quelques rapports de grêles et de vents destructeurs, on y voit également un rapport de quelques tornades dans l'état d'Oklahoma dont la plupart ont sévi dans le centre-nord voire le nord-est de l'état. Plutôt faibles, la plus forte d'entre elles a atteint le niveau EF1. Par contre, pas de trace du probable tourbillon que nous avons observé avant de quitter la zone de Sulphur. Pour en savoir plus sur le rapport, celui est disponible via le lien suivant : 30/05/2013 - Tornado Reports.

Une fois tout cela effectué, nous sommes fin prêt à rejoindre notre lit respectif vers 01h45 LT en retenant comme leçon que c'est en s'accrochant jusqu'au bout d'une traque que l'on découvre les plus beaux événements orageux car ce sont finalement les dernières cellules de la journée qui nous ont franchement réussies.
 
Afficher la suite de cette page



Créer un site
Créer un site